Drame

Un sergent meurt après plusieurs jours de garde à vue au palais de justice de Libreville

Un sergent meurt après plusieurs jours de garde à vue au palais de justice de Libreville
Un sergent meurt après plusieurs jours de garde à vue au palais de justice de Libreville © 2021 D.R./Info241

C’est la consternation totale depuis ce dimanche pour les proches du sergent Aldrin Limamou Tchioba, un gabonais d’une trentaine d’années. Et pour cause, le jeune agent pénitencier a trouvé la mort dans les mains de la Brigade spéciale de police judiciaire (BSPJ), logée au palais de justice de Libreville. Une mort que ne s’explique pas toujours le parquet qui dit avoir ouvert une enquête interne.

Moov Africa

Que s’est-il passé dans les locaux de la BSPJ de Libreville ? Nul ne le sait pour l’instant si ce n’est qu’un compatriote, Aldrin Limamou Tchioba, y avait été conduit le 6 octobre. C’est ce 10 octobre, soit 4 jours plus tard que cette unité de police relevant directement de l’autorité du parquet général du tribunal de Libreville, a annoncé aux proches de l’agent pénitentiaire sa mort.

Selon plusieurs sources, Aldrin Limamou Tchioba avait été conduit à cette brigade suite à une plainte pour injures publiques et vol déposée par la locataire de la grand-mère du militaire. Là encore, les procédures en la matière n’auraient pas été respectées par la brigade de police judiciaire en pareilles circonstances car la mise sous le régime de la garde à vue est spécifique pour le corps militaire.

Arrêté à son domicile de Libreville, Aldrin Limamou Tchioba a aussitôt été placé en garde à vue. Une garde à vue de plusieurs jours au terme de laquelle, l’on a appris sa mort. Depuis, les questionnements fusent sur ce drame enregistré en plein cœur du palais de justice. Une enquête interne aurait été ouverte et les conclusions de l’autopsie pratiquée sur la victime sont vivement attendues pour y voir plus clair.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article