CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Justice

Un ancien porte-parole de l’opposition gabonaise libre après 20 mois de prison

Un ancien porte-parole de l’opposition gabonaise libre après 20 mois de prison
Un ancien porte-parole de l’opposition gabonaise libre après 20 mois de prison © 2019 D.R./Info241

Fin de l’épilogue hier de l’incarcération de l’opposant gabonais Frédéric Massavala Maboumba. L’ancien porte-parole de la coalition du rival d’Ali Bongo, Jean Ping, a vu la cour d’appel de Libreville requalifier sa condamnation d’instigateur d’une manifestation anti-régime à simple participant. Considéré comme un prisonnier politique, Frédéric Massavala Maboumba a vu la haute juridiction réduire sa peine prononcé le 8 février de 5 ans et 3 ans avec sursis à 3 ans dont 1 an et 3 mois avec sursis.

Moov Africa

Lire aussi >>> L’opposant gabonais Frédéric Massavala de nouveau face à la justice ce jeudi matin

Frédéric Massavala Maboumba est désormais un homme libre. Sa mise en liberté a été prononcée hier par un arrêt de la cour d’appel de Libreville qui a livré son verdict après l’audience tenue le 16 mai dernier. L’opposant n’a pas été acquitté des faits qui lui étaient reprochés mais sa peine a simplement été réduite par la cour d’appel. Il a ainsi été condamné pour « participation à un attroupement non armé et provocation à un attroupement non armé » par la justice gabonaise.

Ainsi au lieu des 5 ans et 3 ans avec sursis que lui avait asséné le tribunal correctionnel de Libreville au cours d’un verdict prononcé le 8 février, Frédéric Massavala Maboumba a vu sa peine amoindrir en raison de la requalification des charges. L’opposant au régime de Libreville avait en effet été arrêté le 7 septembre 2017 pour avoir tenté d’organiser une marche de protestation contre la réélection d’Ali Bongo à Libreville, en marge des contestations post-électorales de la présidentielle d’août 2016.

Il avait ensuite été incarcéré à la prison centrale trois jours après son arrestation. Ayant déjà écopé de 20 mois de prison contre les 15 prononcés par la Cour d’appel, celle-ci a logiquement ordonné la mise en liberté de cet ancien ministre passé à l’opposition. Ce, à la grande satisfaction de ses proches dont son épouse venue hier pour entendre le verdict de cette affaire. L’opposant devrait recouvrer la liberté au plus tard ce vendredi, a confié l’un de ses avocats.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article