Front social

Toutes les agences CNSS du Gabon menacées d’être portes closes dès ce lundi !

Toutes les agences CNSS du Gabon menacées d’être portes closes dès ce lundi !
Toutes les agences CNSS du Gabon menacées d’être portes closes dès ce lundi ! © 2022 D.R./Info241

C’est la menace brandie jeudi par le Syndicat des professionnels de sécurité sociale (Sypross) à l’issue d’une assemblée générale tenue à Libreville. Toutes les agences de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) devraient rester fermées ce lundi 30 mai à l’appel du syndicat des agents de cette caisse qui se plaignent des retards dans le paiement de leurs salaires et des pensions retraites.

Info241 sur Whatsapp

Vers un nouvelle crise au sein de la CNSS. Le principal syndicat des agents a décidé hier d’entrer en grève dès ce lundi pour protester contre les nombreux maux qui minent l’institution publique gabonaise en charge notamment du paiement des pensions retraites des agents publics. Après une assemblée générale extraordinaire tenue hier, la décision du Sypross ne s’est pas fait attendre.

« Ce matin (jeudi, ndlr) nous avons décidé de prendre nos responsabilités, compte tenu du fait que nos salaires ne sont pas reversés à temps. Nous disons que les salaires ne sont pas payés à la date du 30 à la CNSS mais le 25. Les cinq jours francs que l’administration octroie, c’est à titre exceptionnel devant une situation financière difficile mais cela ne doit pas être récurrent », s’est désolé jeudi, Richard Ndi Bekoung, président du Sypross.

Avant d’embrayer : « Nous avons, en outre, constaté que la quinzaine du mois de mai n’a pas été reversée. Alors que nous payons nos maisons avec cet argent. C’est pourquoi, dès lundi, toutes les agences CNSS seront fermées jusqu’à ce que nous aurons des garanties sur le versement de nos salaires à date échue ainsi que les pensions retraites ».

D’où leur décision finale : « Nous avons donc décidé que, dès ce lundi 30 mai, étant donné que la loi ne nous exige pas de déposer un préavis de grève lorsqu’il s’agit du non-respect du paiement des salaires, de la fermeture de toutes les agences de Libreville et de l’intérieur du pays ». A charge donc aux responsables de l’entreprise de déminer une situation sociale explosive dans une entité publique en grande difficulté financière.

Selon un rapport du cabinet Finactu, il faudrait que le gouvernement gabonais injecte dans l’entreprise pas moins de 500 milliards d’ici au mois de juillet pour l’éviter l’implosion. Le rapport de ce cabinet basé au Maroc, préconise également que l’âge de départ à la retraite soit porté à 62 ans au lieu de 60 pour permettre de relever la barre financière de la caisse. Des propositions qui se trouvent sur la table des autorités.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article