CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
L'info en bref...

Rage au Gabon : plusieurs cas déclarés dans l’Estuaire, le Haut-Ogooué et le Woleu-Ntem

Rage au Gabon : plusieurs cas déclarés dans l’Estuaire, le Haut-Ogooué et le Woleu-Ntem
Rage au Gabon : plusieurs cas déclarés dans l’Estuaire, le Haut-Ogooué et le Woleu-Ntem © 2020 D.R./Info241

Moov Africa

La communauté internationale a célébré hier, 28 septembre, la 14e Journée mondiale de la rage. Une commémoration qui avait pour thème « Finissons-en avec la rage : collaborons et vaccinons ». Selon les données de l’OMS, cette maladie transmise à l’homme par les chiens, tue encore une personne toutes les 9 minutes, et près de la moitié des décès concernent des enfants.

La transmission à l’homme se fait par morsures de chiens malades

Le Gabon a enregistré officiellement six cas de rage durant les trois dernières années : 2 femmes adultes et 4 enfants. Ces cas ont été notifiés dans les provinces de l’Estuaire (5 décès), principalement dans la capitale, et du Woleu-Ntem (1 décès). Des cas de rage ont été signalés deux années de suite, en 2014 et 2015, dans le Haut-Ogooué, à Moanda.

Jusqu’à 99% des cas de rage humaine sont dus à des morsures de chiens. Les campagnes de vaccination de masse des chiens couvrant 70% de la population canine à risque peuvent conférer une immunité collective contre la rage et sont le seul vrai moyen d’interrompre le cycle infectieux entre l’animal et l’homme, souligne l’OMS.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève