Corporatisme

Journée mondiale de la presse : les journalistes de Port-Gentil en séminaire d’échanges

Journée mondiale de la presse : les journalistes de Port-Gentil en séminaire d’échanges
Journée mondiale de la presse : les journalistes de Port-Gentil en séminaire d’échanges © 2022 D.R./Info241

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse commémorée tous les 3 mai de chaque année, les journalistes de Port-Gentil ne sont pas restés en marge de cette célébration. En effet, en collaboration avec l’antenne provinciale de l’Union de la presse francophone (UPF), ils se sont réunis à la mairie du premier arrondissement de la capitale économique, ce samedi 7 Mai 2022 afin d’échanger sur les problèmes qui minent la corporation.

Info241 sur Whatsapp

« Je pense que le climat dans lequel nous nous trouvions aujourd’hui devrait nous interpeller à plus d’un titre. Nous sommes appelés à se réunir parce que nous avons des intérêts communs », pense Christelle Ntsame, coordonnatrice provinciale de l’UPF Ogooué-Maritime. Ainsi, cette rencontre du donner et du recevoir, était l’occasion pour les professionnels du quatrième pouvoir de débattre durant plusieurs heures sur trois thèmes principaux à savoir :
- les médias sociaux : du journalisme conventionnel aux innovations temporelles ;
- du journaliste au communicant ;
- et enfin, la liberté de la Presse et ses origines.

Une vue de l’assistance

En effet, il est vrai de dire que les réseaux sociaux sont venus bouleverser le journalisme autant dans la pratique du métier, dans la production, dans la distribution et même dans la vie du journaliste tout court. Car, les réseaux sociaux ont un réel impact dans la recherche de l’information. « Je trouve que les réseaux sociaux ont menacé un moment le journaliste. Mais aujourd’hui le journaliste a rattrapé le coup et devrait rattraper encore le coup avec l’arrivée du Metaverse. C’est une opportunité énorme qui se présente à lui », estime Igor Onanga, un des conférenciers.

Les réseaux sociaux ont largement contribué à modifier à fond, les pratiques de communication. Surtout avec l’évolution permanente de plusieurs formats ainsi que la rapidité de circulation des informations. Obligeant pour ainsi dire, les journalistes à s’adapter à leur métier pour le meilleur (plus grande visibilité, accessibilité...) et pour le pire (course à l’audience, fake news...). Une situation délicate pour les journalistes dont le métier consiste à analyser et enquêter et pas uniquement commenter ou diffuser des opinions de personnalités politiques.

Un des orateurs de la manifestation

L’équation est complexe. Les réseaux sociaux se présentent comme de merveilleux outils d’expression démocratique et de diffusion de l’information. Mais ils contribuent aussi à la perte de confiance des citoyens dans les médias et dans les politiques.
« Maîtriser les outils numériques pour ne pas être des analphabètes à l’ère du numérique afin de s’acclimater à la mondialisation des échanges, c’est l’objectif que doivent se fixer les journalistes. Et de surtout respecter les règles qui régissent le métier », souligne Abou-Bakry Ndongo Ndiaye, directeur général de la chaîne Média +.

Cependant, il est nécessaire de souligner que dans la même logique, le 23 mars dernier les hommes et les femmes du quatrième pouvoir s’étaient retrouvés à la mairie du 2e arrondissement pour l’organisation des assises de la presse Port-Gentillaise. Une première édition qui a permis de pouvoir débattre durant deux jours, des problèmes de précarité des journalistes qui vivent aujourd’hui des situations très difficiles à cause de la fermeture de leur média, mais surtout de l’établissement de la carte de presse et bien d’autres. C’était également l’occasion d’interpeller les promoteurs des chaines de télé et de radio afin de ne pas laisser mourir ces organes de presse chers à la ville de Port-Gentil.

C’était surtout l’opportunité de mesurer la liberté de la presse dans la capitale économique malgré sa régression progressive et dû au verrou du code de la communication. Pour finir, Jean Victor Ndouma Mbadinga, le parrain de l’événement a offert à la presse locale, un don composé d’un appareil photo numérique, d’un ordinateur portable, d’une imprimante, d’une imprimante photo, d’une souris sans fil ... Ce don permettrait aux hommes des médias de se projeter afin de créer un projet communautaire.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article