Point presse

Jean Ping dénonce la « militarisation » du Gabon par le régime au pouvoir

Jean Ping dénonce la « militarisation » du Gabon par le régime au pouvoir
Jean Ping dénonce la « militarisation » du Gabon par le régime au pouvoir © 2016 D.R./Info241

La chambre de commerce de Libreville a dû refuser du monde ce matin à 10h. Et pour cause, le candidat à la présidentielle Jean Ping y tenait un important point de presse. Celui-ci a quelque peu été rehaussé par l’arrivée surprise de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama, candidat lui aussi à la présidentielle.

Moov Africa

Jean Ping a exprimé au cours de cette conférence de presse, son point de vue sur l’actualité récente du pays marquée notamment par la distribution du fonds de la presse, les diffamations télévisuelles dirigées contre lui par le régime au pouvoir, la disqualification de la candidature d’Ali Bongo à la présidentielle et de son intention de fédérer les gabonais autour de cet objectif.

Jean Ping répondant aux questions de la presse

Jean Ping a dénoncé vertement la cabale orchestrée contre lui par le régime d’Ali Bongo visant à faire de lui le chantre d’une hypothétique "guerre civile". "Dans mes fonctions passées, j’ai côtoyé la haine, les conflits et la mort. J’ai réussi à endiguer beaucoup de conflits. Comment puis je dans mon propre pays être l’instigateur de ce que j’ai réparé ailleurs ?", s’est-il interrogé à voix haute.

« Quand une télévision, comme Télé Africa (…) se permet de diffuser un montage vidéo mensonger, grossier et nauséabond, m’assimilant à un génocidaire rwandais, c’est que la liberté de la presse et la démocratie sont vraiment en danger dans notre pays », a déclaré l’ex-ministre des Affaires étrangères du Gabon sous feu le président Omar Bongo, plus tard devenu président de la commission de l’Union africaine.

Jean Ping a mis en garde les journalistes sur le risque de créer le chaos par leurs écrits et paroles, comme on l’a vu sous d’autres cieux. L’homme politique gabonais a annoncé qu’il va saisir l’Onu, l’Union européenne et l’Union africaine, à qui il va envoyer la vidéo de la chaîne Télé Africa. Le but est d’amener ces organisations internationales à se rendre compte du niveau du débat politique au Gabon ; un niveau entretenu selon lui par le pouvoir en place pour éliminer les opposants.

Il a promis, via ses avocats, saisir la justice et les institutions internationales contre ces velléités diffusées notamment sur la chaîne de télévision privée TéléAfrica, appartenant à la famille Bongo.

Une vue du public présent

Le candidat à la présidentielle a déploré la militarisation du Gabon qui cacherait, selon lui, les desseins inavoués d’Ali Bongo de réaliser un passage en force à la présidentielle. Pour Jean Ping, la disqualification d’Ali Bongo s’impose au regard de sa situation d’Etat-civil trouble.

L’autre moment important de cette conférence fut les arrivées de Guy Nzouba Ndama et de Alexandre Barro Chambrier. Deux arrivées qui n’ont pas manqué de susciter de longues ovations de l’assistance.

Cliquez sur l’icone ci-dessus pour télécharger l’intégralité de la déclaration de Jean Ping de ce 6 avril


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article