Rumeurs

Hervé Opiangah dément être au Maroc pour des raisons de santé

Hervé Opiangah dément être au Maroc pour des raisons de santé
Le brumeux conseiller d’Ali Bongo et président de l’UDIS © 2016 D.R./Info241

Donné pour gravement malade sur les réseaux sociaux, Hervé Patrick Opiangah a démenti la folle rumeur hier sur sa page Facebook. Le très proche d’Ali Bongo et homme à tout faire, aurait été selon la rumeur distillée, évacué d’urgence au Maroc car victime d’un accident cardio-vasculaire (AVC) dimanche en même temps que la délégation officielle gabonaise prenait ses quartiers à Marrakech pour la COP22.

Moov Africa

Hervé Patrick Opiangah, le patron de l’Union pour la démocratie et l’intégration sociale (UDIS), se porterait comme un charme à en croire le démenti officiel qu’il a produit hier sur sa page Facebook. Depuis plusieurs jours, la rumeur enflait sur sa prétendue évacuation d’urgence au Maroc en raison d’ennuis sérieux de santé.

Le désormais miraculé a tenu à réagir « Suite à la publication du 13 novembre sur la page officielle de Jonas Moulenda qui dit : URGENT HERVÉ OPIANGAH AURAIT ÉTÉ ÉVACUÉ AU Maroc ». Et d’ajouter : "En effet, cet article prétend que J’aurai été évacué au Maroc suite à un accident vasculaire célébral (sic) « AVC »".

Le démenti du collaborateur du président gabonais sur facebook

Pour ce personnage brumeux de l’entourage d’Ali Bongo (chargé de mission à la présidence gabonaise), il serait « En déplacement à Marrakech au Maroc (...) aux côtés du Chef de l’Etat son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, dans le cadre de la tenue de la Cop22 », fin de citation.

Voilà qui devrait mettre fin aux rumeurs les plus folles sur son état de santé et sur sa présence indéfectible aux cotés d’Ali Bongo, actuellement à Marrakech pour la conférence des Nations-unies sur les changements climatiques qui sera clôturée ce vendredi.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article