Choses vues

CNI : Toujours autant un véritable casse-tête gabonais que d’obtenir un simple récépissé !

CNI : Toujours autant un véritable casse-tête gabonais que d’obtenir un simple récépissé !
CNI : Toujours autant un véritable casse-tête gabonais que d’obtenir un simple récépissé ! © 2022 D.R./Info241

Annoncée imminente, à deux reprises par le ministre gabonais de l’Intérieur Lambert Noël Matha l’année dernière, la reprise de l’établissement de la Carte nationale d’identité (CNI) reste très attendue par les gabonais. Néanmoins, plusieurs centres mobilisés à cet effet ont relancé l’enrôlement des données puis de la délivrance de récépissés à travers le pays. Avec malheureusement un accueil qui laisse à désirer.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Après 10 ans sans carte d’identité, le calvaire des gabonais pourrait prendre fin dès 2022 !

« Finalement, il est plus facile à un expatrié d’obtenir sa carte de séjour qu’à un gabonais comme moi de disposer d’un simple récépissé. Je ne parle même pas de la carte d’identité nationale elle-même qui est devenue depuis bientôt 10 ans un sésame aussi précieux que le diplôme de doctorat, voir l’agrégation. C’est pitoyable ce pays ». Cette déclaration d’un compatriote à la sortie du commissariat de police de Nzeng-Ayong (6e arrondissement de Libreville) la semaine écoulée, est la parfaite illustration du calvaire qu’endurent plusieurs gabonais chaque jour dans la capitale gabonaise pour l’obtention du récépissé qui donne ensuite droit à la délivrance d’une carte nationale d’identité gabonaise.

Une attente qui se fait attendre depuis 10 ans

Réaffirmée par le patron de l’administration territoriale du Gabon devant les sénateurs le 14 décembre dernier, la reprise de l’établissement des cartes d’identité nationale, du moins l’émission des cartes définitives sous forme de macarons biométriques promis plus sûrs par Lambert Noël Matha, reste très attendue durant les 3 prochains mois. Et des équipes des forces de police nationale sont d’ores et déjà mobilisées au sein de plusieurs commissariats à travers le pays.

Cependant, à y voir de près, les conditions d’exécution de cette mission sont décriées par une partie importante de la population. En cause principalement, l’accueil. « Figurez-vous que ça fait trois fois que je trouble mon sommeil en pleine nuit, vers 3-4 heures du matin pour compter parmi les têtes de liste ici au commissariat de Nzeng-Ayong. Avec tous les risques de braquage que cela comporte. Mais curieusement quand je reviens, on me dit que c’était pas la bonne liste. Qu’il y’avait une autre en parallèle. Et que du coup, mon nom n’y figure pas. Or, je vois bien qu’on appelle certaines personnes qui étaient arrivées bien après moi. Même vous-mêmes, est-ce qu’on peut s’en sortir comme ça ? », fulmine de colère Igor, un jeune gabonais de 22 ans désemparé, à peine sorti du portail du commissariat.

Un accueil des usagers moribond

Et une dame d’ajouter : « Papa, ici c’est infernal oh. Voyez mon âge. Grand-mère de mon état, on me rejette mes papiers au visage parce que soit disant, le cachet de mon acte de naissance original n’apparaît pas bien sur la copie pourtant déjà légalisée par un autre officier d’état civil. J’ai en plus mon original avec moi. Y’a 2 semaines, je me suis présentée avec la souche légalisée par le préfet de chez moi que j’ai fait venir du village. Ils l’ont rejeté et demandé que je reviennes avec cet acte original qu’ils rejettent aujourd’hui. Mais finalement ? En plus, le ton employé et l’attitude des agents sont irrévérencieux à l’égard d’une vieille retraitée comme moi », enfonce dame Germaine, une septuagénaire retraitée de la Caisse nationale de sécurité sociale.

Fondu dans la foule assise sous une tente, notre reporter se rendra rapidement compte en effet, que sur 10 dossiers soumis à l’officier en charge de la collecte des données, un peu plus de la moitié sera rejetée. Souvent pour des motifs très improbables. À ce moment précis, une jeune fille venue accompagner son grand-père murmure : « À Ntoum, il y a un bien meilleur accueil. Là-bas, non seulement vous n’êtes pas nombreux, mais les deux dames qui constituent l’équipe du major Boussougou sont tellement simples et sympathiques. L’accueil est fluide. Elles vous détendent avec leurs bonnes blagues tout en examinant votre dossier. Quand il y a un petit couac sur l’acte de naissance, elles vous invitent à expliquer calmement. Si c’est bien justifié, elles valident. Si c’est pas le cas, elles vous conseillent bien et vous indiquent comment faire avant de revenir prochainement. En moins d’une heure d’horloge, vous en ressortez avec le sourire et votre récépissé en poche. Mais ici... »

Approches différentes pour une même corporation et pour le même service envers les mêmes compatriotes. Il est à souhaiter que l’unique finalité soit la délivrance d’une carte nationale d’identité à l’ensemble des gabonais qui se retrouvent en très grand nombre sans papier officiel et vivant dans leur propre pays. Une hérésie toute gabonaise et qui perdure depuis déjà une décennie sous le regard très amusé des autorités gabonaises qui n’en font toujours pas une priorité.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article