03:36

Fonction publique

Le Gabon a employé durant 3 ans 1700 agents pénitentiaires sans leur verser de salaire !


Société
  • Des matons percevant hier à Libreville leur premier bon de caisse après 3 ans de service © 2019 D.R./Info241
Publié le 27 juin 2019 à 18h21min

Le Gabon est décidément un pays à part. L’Etat gabonais vient en effet de verser leur premier salaire à 1700 agents pénitentiaires en poste depuis juin 2016. La cérémonie officielle de remise de bons de caisse a été même présidé hier à la prison centrale de Libreville par le ministre de la Justice Edgard Anicet Mboumbou-Miyakou. Un exemple parmi tant d’autres de la précarisation des agents publics fraîchement diplômés qui doivent attendre des années avant de percevoir une once de leurs émoluments.

Fin de calvaire professionnel pour les agents employés dans les prisons gabonaises qui depuis trois ans ne percevaient le moindre salaire. Après leur formation, ces 1700 agents se rendaient sur leur lieu d’affectation durant trois ans dans l’espoir que leur employeur, l’Etat gabonais, daigne leur verser le fruit de leur labeur. C’est désormais chose faite après trois longues années d’attente pour ces matons gabonais depuis ce 26 juin.

Comble du comble, le ministre Mboumbou-Miyakou qui a présidé cette « cérémonie officielle », a invité les nouveaux agents salariés à une prise de conscience et de responsabilité. « Je vous demande d’être rigoureux et disciplinés dans l’exercice de vos fonctions » a réclamé le patron de la Justice gabonaise aux matons qui ne percevaient pas de salaire. Avant de leur promettre que le chemin qui fera d’eux des fonctionnaires à part entière exige encore beaucoup de patience.

Le ministre de la Justice prodiguant ses sages conseils aux nouveaux salariés

« Vous êtes en présalaire, chacun selon sa catégorie et son grade. La situation va durer un temps et vous serez traités au même niveau que les autres », a prévenu l’unique ministre d’Etat du gouvernement Nkoghe Bekale. Ce paiement de leur premier salaire après 3 ans d’attente, a réjoui à peine certains matons qui n’ont pas manqué de bouder leur plaisir. En cause, le paiement des rappels de leur salaire de ces trois années de labeur aurait été supprimé par la tutelle.

De quoi donc donner un sourire à moitié à ces agents publics chargés de la garde des repris de justice condamnés à de la prison dans le pays. Avec de telles méthodes de management d’employés non(salariés donc précarisés, l’on s’étonnerait presque que ceux-ci n’aient durant trois ans refusé de céder aux sirènes de la corruption qui elle aussi, gangrène les milieux carcéraux du Gabon.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile