CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Assemblée plénière

Le CND de Séraphin Ndaot à la recherche d’un nouveau souffle ce jeudi à Libreville

Le CND de Séraphin Ndaot à la recherche d’un nouveau souffle ce jeudi à Libreville
Le CND de Séraphin Ndaot à la recherche d’un nouveau souffle ce jeudi à Libreville © 2019 D.R./Info241

Après de longs mois d’atermoiements, le Conseil national de la démocratie (CND) du Gabon pourra-t-il enfin renaître de ses cendres ? C’est le pari pris par ses membres qui se réuniront ce jeudi à Libreville en assemblée plénière pour tenter de trouver des solutions aux maux qui minent l’institution dirigée par l’opposant modéré Séraphin Ndaot Rembogo.

Moov Africa

Cette assemblée plénière du CND se déroulera aujourd’hui dans un hôtel de la place. Une assemblée à laquelle devrait prendre part le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, ainsi que les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. Mais aussi, les anciens présidents de ces deux chambres parlementaires et bien sûr les partis politiques gabonais légalement reconnus à raison de deux représentants par organe.

A la recherche d’un nouveau souffle, cette organe censé joué un rôle majeur dans la vitalité de notre démocratie balbutiante et toujours en devenir depuis 1990, n’est plus que l’ombre de lui-même. D’où la sonnette d’alarme qu’avait dû tirer 53 partis politiques regroupé en collectif, pour appeler à prendre des mesures pour que survivre cette instance démocratique dont les attributions sont quelques peu troubles.

Le porte-parole de ces partis, Joachim Mbatchi Pambou, notait que, ’’depuis bientôt deux ans, le Conseil national de la Démocratie est en proie à une crise qui l’enferme dans un dysfonctionnement notoire, caractérisé par la non-tenue de ses sessions plénières, officiellement pour faute de dotation budgétaire devant lui permettre de jouer pleinement son rôle d’organe régulateur de la démocratie et de règlement des tensions politiques’’.

Gageons que l’assemblée plénière de ce 28 février permette enfin à cette institution de retrouver la vitalité dont on attend de la démocratie gabonaise et des nombreux maux qui la minent.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article