Futur décret Covid-19

Comment Ali Bongo s’est payé la tête des antivax en supprimant les tests PCR dits « normaux » !

Comment Ali Bongo s’est payé la tête des antivax en supprimant les tests PCR dits « normaux » !
Comment Ali Bongo s’est payé la tête des antivax en supprimant les tests PCR dits « normaux » ! © 2022 D.R./Info241

Mécontent que deux arrêtés gouvernementaux de riposte Covid aient été annulés par la cour constitutionnelle à la demande de plusieurs citoyens, Ali Bongo a vertement réagi ce lundi en convoquant un Conseil des ministres. En prenant un décret plus coercitif et prohibitif, Ali Bongo a expressément supprimé les tests PCR dit « normaux » dont pouvaient encore avoir recours les opposants à la vaccination obligatoire. Désormais tous les gabonais sont considérés comme des VIP et devront payer jusqu’à 50 000 FCFA pour espérer échapper à la vaccination, à moins d’être excusés par les mains expertes du Comité national de vaccination (Copivac).

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Covid-19 : Ali Bongo et son gouvernement rendent habilement payant les tests PCR !

Ali Bongo a la rancune tenace face aux opposants aux deux derniers arrêtés pris par sa Première ministre pour faire grimper les chiffres de la vaccination dont l’engouement ne se lit toujours pas dans ceux avancés par le Copivac. D’ou l’arrêté 559/PM du 25 octobre et 685/PM du 24 décembre pris pour définitivement forcer la main aux réfractaires considérés comme « complotistes » et hors science. D’ailleurs la relative prise d’assaut des centres de vaccination avant le 15 décembre, a suffit à l’exécutif pour comprendre qu’il tenait le bon bout.

Ali Bongo présidant ce lundi, son tout premier Conseil des ministres virtuel de l’année

Sauf que les membres de la société civile via le désormais célèbre Copil citoyen s’en sont mêlés en attaquant les deux arrêtés devant la Cour constitutionnelle. Laquelle dans un moment de lucidité rare pour le signaler, a finalement donné raison aux plaignants à deux reprises. Une double victoire qui a douché légalement les fortes ambitions d’Ali Bongo de faire exploser les statistiques vaccinales et l’objectif de 60% de vaccinés qu’il caresse pour espérer diluer ses mesures impopulaires de riposte contre la pandémie qui accablent les gabonais avec notamment un couvre-feu en place depuis mars 2020.

Lire aussi >>> Pourquoi l’arrêté 685/PM du gouvernement gabonais a-t-il été déclaré anticonstitutionnelle ?

Avec la dernière victoire du Copil citoyen le 31 décembre 2021 devant la Cour constitutionnelle, se sont également les rêves d’Ali Bongo qui ont volé en éclats. D’où la convocation à la hâte d’un Conseil des ministres ce 3 janvier. Lequel a accouché d’un projet de décret présidentiel qui va instaurer la gratuité des tests PCR sous conditions et la suppression des tests PCR dits normaux qu’auraient encore pu se payer les antivax. Pour ne rien arranger, Ali Bongo a même revu à la hausse le prix des tests PCR VIP à 50 000 FCFA. Ne laissant plus le choix aux populations de se faire vacciner ou de payer le prix fort.

Avec ce nouveau projet de décret Covid-19 d’Ali Bongo, vous aurez le choix entre la vaccination gratuite ou débourser 100 000 FCFA par mois pour y échapper. Un montant prohibitif sur lequel l’exécutif compte bien pour contraindre les sceptiques à la vaccination en parfaits « volontaires » ayant pris cette décision de leur propre chef. Une méthode de persuasion sommes toutes bien « légale » qu’assume sans rechigner Ali Bongo et son gouvernement. Bien décidés à sauver le Gabon du Covid-19 par la vaccination à marche forcée.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article