Hausse des prix

Cherté de la vie au Gabon : le paquet de sucre fait un bond de 25% et passe à 1 000 FCFA

Cherté de la vie au Gabon : le paquet de sucre fait un bond de 25% et passe à 1 000 FCFA
Cherté de la vie au Gabon : le paquet de sucre fait un bond de 25% et passe à 1 000 FCFA © 2022 D.R./Info241

Les produits de premières nécessités comme le lait, le riz, la viande, le poisson, connaissent une hausse vertigineuse au Gabon au grand dam des populations. À l’instar du bidon d’huile Cuisin’or qui est passé de 3 500 à 7000 FCFA, la bouteille d’huile de 1 litre de 800 à 1500 francs CFA, le paquet de sucre Tati produit localement est quant à lui passé de 800 à 1 000 FCFA chez certains boutiquiers soit une hausse de 25%.

Info241 sur Whatsapp

Une augmentation qui serait certainement due à plusieurs facteurs. En effet, depuis plusieurs mois au Gabon, l’activité sucrière broie du noir. Elle a tablé en 2021 à 14 855 tonnes, accusant une baisse de 11,8%. Pour ce qui est des importations, elles se seraient resserrées de 43,9% à 4 134 tonnes avec pour conséquence, un recul des ventes de 1,5% et un chiffre d’affaires en baisse de 1,9% se situant de plusieurs milliards. C’est une situation qui complique encore plus bon nombre de ménages gabonais.

Ainsi, avec la crise économique qui frappe de plein fouet le Gabon, les populations vivent dans des conditions de plus en plus précaires et exécrables. Malgré les critiques et les publications virulentes des consommateurs à travers les réseaux sociaux et la contribution des médias locaux pour dénoncer ces hausses de prix des denrées alimentaires et autres produits de premières nécessités, les plus hautes autorités semblent s’y complaire parfaitement dans la mesure où aucune décision ferme n’a été prise visant à mettre un terme à ce laisser-aller.

« On ne vit plus bien au Gabon, le manioc augmente, l’huile qui est l’élément de base des maisons a également augmenté. Le poisson n’en parlons même pas. Et là c’est le prix du sucre qui augmente de 200 voire de 300 selon les zones ici à Port-Gentil. Je trouve que c’est trop. On va finir par être étouffé », déplore à Info241 Barbara Loundangoye. En effet, depuis la crise économique et sanitaire, la vie sociale et économique de plusieurs couches de la société est devenue difficile et insupportable. Il ne se passe plus un seul jour, une semaine ou un mois, sans qu’un produit alimentaire n’augmente.

« S’il y avait véritablement le travail pour nos jeunes comme il y a 20 ou 10 ans en arrière, je crois que personne n’allait remarquer ces augmentations. Mais comme y’a plus rien, tout le monde est devenu attentif à tout ce qui concerne son alimentation. Mais pas que, mais à tout ce qui bouge », opine Aurélie Mendome. Il revient aux autorités de prendre des mesures drastiques afin de ramener les opérateurs économiques et les commerçants à revoir les prix desdits produits, nécessaires à l’alimentation de plusieurs familles économiquement faibles au Gabon.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article