Face au nouveau variant

Covid-19 : L’OMS s’oppose à l’interdiction des voyages pour lutter contre le variant Omicron

Covid-19 : L’OMS s’oppose à l’interdiction des voyages pour lutter contre le variant Omicron
Covid-19 : L’OMS s’oppose à l’interdiction des voyages pour lutter contre le variant Omicron © 2021 D.R./Info241

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, mardi, que les interdictions temporaires de voyager n’empêcheront pas la propagation du variant Omicron de la Covid-19, ajoutant que tous les pays devraient plutôt inclure des mesures liées aux voyages dans leur stratégie de lutte contre le virus mortel.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Variant Omicron : le Gabon ferme par peur ses frontières aériennes à l’Afrique australe

Sur son site web, l’organisation a d’abord remercié l’Afrique du Sud et le Botswana « pour leurs efforts en termes de surveillance et de séquençage, ainsi que pour leur rapidité et leur transparence ». Ces efforts ont permis aux autres pays de s’adapter à la situation, de prendre immédiatement les mesures nécessaires et d’apporter une réponse efficace face à une telle menace, a expliqué l’OMS, qui a également exhorté tous les autres pays à agir de la sorte.

« On s’attend à ce que de plus en plus de pays détectent la variante Omicron à mesure que les autorités nationales intensifient leurs opérations de surveillance et de séquençage », peut-on lire dans le communiqué publié sur le site. « L’OMS surveille de près la propagation de la variante Omicron, et des études sont en cours pour mieux comprendre ces mutations et leur impact sur la transmissibilité du virus, sa virulence, le diagnostic, les traitements à adopter et les vaccins », ajoute le communiqué.

L’OMS a également prodigué des conseils à tous les pays sur la manière de faire face au variant Omicron."Il est recommandé aux pays de continuer à appliquer une approche fondée sur des données probantes et sur le risque, lors de la mise en œuvre des mesures relatives aux voyages, conformément au Règlement sanitaire international (RSI)", précise la même source.

Et d’ajouter : « Les autorités nationales des pays de départ, de transit et d’arrivée peuvent appliquer une approche multidimensionnelle de réduction des risques pour potentiellement retarder et/ou réduire l’exportation ou l’importation de la nouvelle variante ». « Ces mesures peuvent inclure le dépistage des passagers avant le voyage et/ou à l’arrivée, notamment par le recours à des tests de dépistage du SRAS-CoV-2 ou l’imposition d’une quarantaine aux voyageurs internationaux », note l’OMS.

« Toutes les mesures devraient être proportionnées au risque, limitées dans le temps et appliquées dans le respect de la dignité des voyageurs, des droits de I’ Homme et des libertés fondamentales, comme le souligne le RSI (2005) », souligne le communiqué de l’OMS. « Les interdictions généralisées de voyager n’empêcheront pas la propagation à l’échelle mondiale, d’autant qu’elles portent lourdement atteinte aux vies des gens et à leurs moyens de subsistance. En outre, elles peuvent avoir un impact négatif sur les efforts de santé mondiaux pendant une pandémie en dissuadant les pays de signaler et de partager les données épidémiologiques et de séquençage », poursuit le communiqué.

« Tous les pays doivent veiller à ce que les mesures soient régulièrement réévaluées et mises à jour lorsque de nouvelles données sont disponibles sur les caractéristiques épidémiologiques et cliniques de l’Omicron ou de toute autre variante préoccupante », est-il précisé. L’organisation mondiale a également recommandé que « toute mesure de réduction des risques liés aux voyages fasse partie d’une stratégie de réponse générale au niveau national ».

« Les voyages internationaux essentiels - y compris les déplacements pour les missions d’urgence et humanitaires, les déplacements du personnel essentiel, les rapatriements et le transport par fret de produits essentiels - doivent absolument rester prioritaires pendant la pandémie de Covid-19 », a souligné l’OMS.

L’OMS rappelle en outre à tous les voyageurs qu’ils doivent rester vigilants face aux signes et symptômes de la Covid-19, se faire vacciner lorsque c’est leur tour et respecter les consignes sanitaires en toutes circonstances et quel que soit leur statut vaccinal, notamment « en utilisant les masques de manière appropriée, en respectant la distanciation sociale et en évitant les espaces à forte affluence et mal ventilés ».

« Il convient de recommander aux personnes souffrant d’une pathologie grave liée à la Covid-19 ou risquant d’en souffrir ou d’en décéder, notamment les personnes âgées de 60 ans ou plus ou celles souffrant de plusieurs maladies chroniques (cardiopathies, cancer et diabète, par exemple), de reporter leur voyage », ajoute le communiqué de l’organisation internationale. Le 25 novembre, des scientifiques sud-africains ont annoncé la découverte de la variante Omicron, qui comporte plusieurs mutations pouvant entraîner un risque de réinfection. Des cas de la même variante ont depuis été découverts dans un certain nombre de pays occidentaux. Vendredi, l’OMS a baptisé cette variante « Omicron », la qualifiant de « préoccupante ».

Depuis décembre 2019, la pandémie a fait plus de 5,21 millions de morts dans au moins 192 pays et régions du globe, avec plus de 262,7 millions de cas signalés dans le monde, selon l’université américaine Johns Hopkins.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article