CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Faits divers

Un gabonais écope de 15 ans de prison pour avoir violé durant deux ans ses deux fillettes

Un gabonais écope de 15 ans de prison pour avoir violé durant deux ans ses deux fillettes
Eddy Fred Makita Barros et son avocat lors de l’audience criminelle © 2020 D.R./Info241

La cour criminelle de Lambaréné (centre du Gabon) a eu la main légère contre ce père de famille qui comparaissait mercredi, devant elle pour crimes incestueux. Eddy Fred Makita Barros, un Gabonais d’une quarantaine d’année, était poursuivi par la justice pour le double viol de ses deux filles durant deux ans. Le père incestueux qui a abusé de ses filles âgées de 10 et 12 ans, n’a finalement écopé que d’une peine de 15 ans pour ce double viol avec ascendance.

Moov Africa

Poursuivi pour crime de viol incestueux sur mineure de moins de 15 ans, Eddy Fred Makita Barros s’en tire plutôt à bon compte. Ce délinquant sexuel a finalement vu son double crime requalifié en crime de viol sur mineure de moins de 15 ans conformément aux articles 256 et 259 du Code pénal lors du débat contradictoire pour la manifestation de la vérité dans cette affaire qui remonte à près de 6 ans.

En effet, les faits incriminés à ce père de famille remontent à l’année scolaire 2014. Cette année-là, Eddy Fred Makita Barros se voit confier la garde de ses deux filles âgées de 10 et 12 ans par leur mère avec qui il n’est plus en couple. Ses deux jeunes filles vivant désormais sous sa bonne garde, le prédateur sexuel n’aura pas attendu longtemps pour aiguiser sa libido criminelle sur ses enfants mineures. Les deux gamines n’auront leur salut que de la visite de leur sœur aînée dans la maisonnée.

C’est lors de cette visite que les deux victimes passent à table et raconteront le calvaire sexuel que les font vivre leur père incestueux. La sœur aînée écœurée rapportera immédiatement le récit douloureux que venait de lui confier ses deux benjamines à leur mère. Une plainte sera rapidement déposée qui conduira à l’arrestation d’Eddy Fred Makita Barros. Durant toute la procédure judiciaire, le père incestueux reconnaîtra son crime.

Lors des réquisitions devant la cour criminelle de Lambaréné où il comparaissait, le procureur général Linda Bongo Ondimba, a cloué au pilori Eddy Fred Makita Barros pour avoir utilisé ses propres enfants comme des objets sexuels durant deux ans. Représentant le ministère public et la partie civile, Linda Bongo Ondimba a requis contre le délinquant sexuel une peine de 20 ans de réclusion criminelle. Les éléments matériel, légal et intentionnel étant parfaitement constitués selon elle.

Des arguments battus en brèche par l’avocat de la défense Me Bhongo Mavoungou, qui n’a pas manqué d’évoquer des circonstances atténuantes. Et l’avocat de déclarer : « Nous ne sommes pas ici pour enfoncer le pécheur, mais pour le sauver. Pour moi, il faut chercher ce qui s’est vraiment passé dans la tête de mon client pour arriver à cette abomination. On ne doit pas jeter en pâture des personnes qui se sont égarées du droit chemin ». Tout en reconnaissant que le comportement de son client était « anormal », Me Bhongo Mavoungou a plaidé la relaxe.

Une demande que n’aura pas suivi la cour qui a reconnu ce père incestueux coupable des faits qui lui étaient reprochés. Avant de condamner Eddy Fred Makita Barros à 15 ans de réclusion criminelle pour le viol de ses deux filles, mineures aux moments des faits. Il devra, en outre, verser deux millions de francs à titre de dommages et intérêts à la partie civile.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article