Choses vues

Rentrée des classes : La circonscription scolaire de l’Ogooué-Maritime en décrépitude avancée

Rentrée des classes : La circonscription scolaire de l’Ogooué-Maritime en décrépitude avancée
Rentrée des classes : La circonscription scolaire de l’Ogooué-Maritime en décrépitude avancée © 2022 D.R./Info241

L’état calamiteux des locaux de la circonscription scolaire de l’Ogooué-Maritime, heurte de nombreuses consciences et sonne ainsi comme étant le plus bel exemple de la mauvaise gestion des biens publics. Située à quelques encablures de la direction académique provinciale, plus précisément à proximité de l’école urbaine 2, dans le 3e arrondissement de Port-Gentil, la circonscription scolaire de l’Ogooué-Maritime est laissée pour compte depuis plusieurs années.Là-bas, tout le monde pointe un doigt accusateur sur l’actuelle ministre de l’Education nationale Carmelia Ntountoume Lecrercq, qui dans un passé récent, avait promis réhabiliter ce bâtiment vieux de plusieurs années.

Info241 sur Whatsapp

« Je tiens à vous préciser que les travaux iront à leur terme. Nous sommes dans la continuité du service public. Il y a des besoins énormes ici, et ce que j’ai vu en rentrant m’a fortement interpellé. Il faut que chacun soit content d’aller à son lieu de travail et qu’il prenne du plaisir à y rester. Nous nous fixons un objectif, c’est celui d’améliorer le cadre de travail et les conditions d’apprentissage de nos enfants. Nous y arriverons ! », avait déclaré Carmelia Ntountoume Lecrercq lors d’une visite des lieux dans la ville de Port-Gentil en mars dernier.

Une vue extérieure des lieux

Seulement, six mois ont passés et rien n’a bougé jusqu’à ce jour. Ce bâtiment abritant le Centre d’appui pédagogique de la lecture (CAPL), est considéré comme étant l’un des édifices les plus anciens de la capitale économique. Aujourd’hui celui-ci tombe malheureusement en ruine depuis des années dans l’indifférence totale des autorités en charge de la gestion des écoles. En décrépitude, les murs déteignent et s’effritent sous le poids de l’âge. Le plafond coule, l’étanchéité est d’un autre âge et bien d’autres. Vieux de près de 70 ans, la circonscription scolaire de l’Ogooué-Maritime mériterait un temps soit peu, un sérieux coup de jeune.

Aucune réhabilitation depuis des années n’a été faite au grand dam des 1 120 personnel du bassin pédagogique de l’Ogooué-Maritime. « Nous supportons de travailler dans ces conditions. Les responsables savent que c’est comme ça ici. Mais personne n’a réagi jusqu’à ce jour. Ça date cet état de vétusté au point où c’est devenu normal pour nous les agents », s’indigne devant Info241 agent qui a tenu garder l’anonymat. Aux nombreuses difficultés que rencontrent les agents, s’ajoute celui des inondations. En effet, chaque année lors des fortes précipitations, la cour principale est inondée de partout. Transformée en une grande piscine olympique, les élèves de l’école urbaine 2, s’adonnent à cœur joie à des jeux de natation sans se soucier des milliards de bactéries qui prolifèrent dans l’eau immonde pleine de détritus.

Une vue intérieure du bâtiment

« Nous souffrons, nous et nos élèves ici à chaque fois qu’il pleut. Car il faut tremper les pieds dans l’eau. Certains sortent de là avec de la gale etc. C’est terrible. Et là, on s’approche de la saison des pluies », s’alarme Véronique une des enseignantes.
Coquette il y a quelques années en arrière tant pour la propreté que pour la qualité de l’enseignement qui la caractérisaient, elle ressemble aujourd’hui aux vestiges d’un bâtiment colonial. Pis, elle est devenue le repaire des petits drogués et autres aspirants bandits dès la nuit tombée puisqu’elle ne dispose d’aucune clôture de sécurité. Devant ce spectacle, pour le moins inquiétant et ubuesque, les administrés n’ont que leurs yeux pour pleurer. Les pouvoirs publics sont appelés à réagir urgemment.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article