Incompréhension

Un neveu-tueur voulait assassiner de sang froid 3 membres de sa famille à Port-Gentil

Un neveu-tueur voulait assassiner de sang froid 3 membres de sa famille à Port-Gentil
Le visage du neveu-tueur, une fois mis aux arrêts après son crime © 2021 D.R./Info241

Qu’est ce qui a bien pu se passer dans la tête du jeune Jérémie Kombila Yeno ? La question continue de tarauder son entourage et les limiers de la police judiciaire de Port-Gentil. Ce jeune gabonais de 20 ans, a été jeté en prison ce lundi 15 mars pour le meurtre prémédité de son oncle Dieudonné Pouabou Moussounda (50 ans). Outre sa victime, le jeune tueur en voulait également à la vie des 2 autres occupants de la maisonnée de son oncle.

News sur WhatsApp

L’on est certainement passé à coté d’un triple homicide au quartier Ondimba, dans le 4e arrondissement de la capitale économique gabonaise. Sans que l’on ne sache toujours pourquoi, l’assaillant Jérémie Kombila Yeno d’une vingtaine d’années, voulait en finir avec trois des membres de sa famille : ses deux oncles et un autre de ses cousins.

Selon les faits rapportés par nos confrères de l’Union ce vendredi, le neveu aurait débarqué sans prévenir il y a deux semaines chez son oncle, armé de deux couteaux de cuisine peu après 9h du matin. A cours d’une violente altercation avec cet oncle, le neveu-tueur parviendra à lui assener plusieurs coups mortels sur le flan droit de la poitrine avant d’être mis aux arrêts.

« J’ai mûri le plan de tuer mon oncle Dieudonné, mais aussi son frère Jean-Claude, le propriétaire de la maison, et le fils de ce dernier, mon cousin Junior », révèlera Jérémie Kombila Yeno sur ses motivations criminelles à la police. Le neveu-tueur dont le mobile du crime demeure une énigme, a été placé lundi sous mandat de dépôt à la prison de la localité où il médite désormais sur les conséquences de sa folie meurtrière.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article