Insolite

Profitant du couvre-feu au Gabon, les forces de l’ordre sommés d’arrêter de faire clando !

Profitant du couvre-feu au Gabon, les forces de l’ordre sommés d’arrêter de faire clando !
Profitant du couvre-feu au Gabon, les forces de l’ordre sommés d’arrêter de faire clando ! © 2021 D.R./Info241

La cupidité des agents des forces de défense et de sécurité (policiers, gendarmes, militaires) gabonaises a atteint de nouveaux sommets. Déjà incontrôlables par leur hiérarchie au sujet du racket policier des usagers de transports, les voila désormais transformés en chauffeur de clando, la nuit tombée. C’est ce que révèle un message adressé lundi par le ministère de la Défense aux responsables de la gendarmerie nationale de la police et de l’armée gabonaise.

Info241 sur Whatsapp

Qu’est-ce qui peut bien pousser un militaire, un policier ou un gendarme à faire le clando pendant les horaires du couvre-feu imposé en raison de la pandémie de coronavirus ? La question reste toute entière au regard d’un message interne du secrétariat général du ministère de la Défense nationale à l’endroit des chefs de corps militaire, de la police et de la gendarmerie.

Le message à l’endroit des chefs de corps gabonais

Dans ce message daté du 3 mai dont la rédaction d’Info241 a obtenu copie, on y apprend que la tutelle politique militaire est mécontente du relâchement observé durant les heures du couvre-feu Covid-19. « Trop de véhicules en circulation pendant le couvre-feu », relève l’amiral Gabriel Mally Hodjoua aux commandements aux hiérarques de la gendarmerie, de la police et de la garde républicaine.

Le message confidentiel reconnait « une recrudescence des clandos pratiqués par les forces de défense et de sécurité », sous-entendu que les autorités ministérielles sont bien au fait de cette pratique qui connait en ces temps de restrictions sanitaires, une « recrudescence ». Pour remédier à cette situation, le ministère de la Défense préconise le durcissement des contrôles et des sanctions contre les agents délictueux.

« A cet effet les instructions suivantes sont à prendre : sensibiliser les personnels sur les comportements à avoir sur les check-point, les responsables des corps devront effectuer des contrôles réguliers dans les check-points pour combattre le relâchement des personnels », préconise le secrétariat général du ministère de la Défense nationale. Avant de brandir le bâton : il faudra « appréhender les forces de défense et de sécurité pratiquant le clando et les présenter au poste de contrôle mixte ».

Ainsi les chefs de corps sont instamment sommés de sanctionner « sévèrement » gendarmes, policiers et militaires devenus des chauffeurs de clandos aux heures perdues du couvre-feu. Des instructions qui on l’espère, seront suivies à la lettre, comme l’est moins l’interdiction faite aux agents contre le racket des usagers qui se poursuit pourtant sur le terrain. Ternissant par là-même, l’image de la police, de la gendarmerie et d’une armée qui n’échappe toujours pas aux vices de la cupidité et de la corruption.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article