Conférence

COP15 contre la désertification dans le monde : Ossouka Raponda représente le Gabon

COP15 contre la désertification dans le monde : Ossouka Raponda représente le Gabon
COP15 contre la désertification dans le monde : Ossouka Raponda représente le Gabon © 2022 D.R./Info241

En lieu et place d’Ali Bongo, visiblement empêché, c’est la Première ministre gabonaise Rose Christiane Ossouka Raponda qui est fait le déplacement d’Abidjan (Côte d’Ivoire) pour la 15e session de la Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD). Une réunion de chefs d’état et de gouvernement qui va faire plancher jusqu’au 20 mai, les négociateurs de 196 pays membres autour d’objectifs communs pour lutter contre la désertification d’ici à 2030.

Info241 sur Whatsapp

Le Gabon a bien pris par à la COP15 dédié à la lutte contre désertification à travers le monde. C’est la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda qui y représente le pays aux cotés de 9 chefs d’état africains et de représentants en provenance de 196 pays membres des Nations unies. Petite sœur de la COP26 sur les changements climatiques, la COP15 veut lutter contre ce phénomène qui touche majoritairement l’Afrique.

Une vue des participants au sommet d’hier

Selon un communiqué de la Primature gabonaise parvenu à la rédaction d’Info241, la Première ministre gabonais s’est évertuée lors de ce sommet d’ouverture de ce lundi à "présenter plus avant aux chefs d’État et de gouvernement, la contribution du Gabon à la stratégie de restauration des terres dégradées et son impact sur l’atténuation des effets néfastes provoqués par les sécheresses en conséquence du dérèglement climatique".

Elle a au nom d’Ali Bongo, rappelé l’engagement du Gabon dans la préservation de l’écosystémique du Bassin du Congo dont la perte « provoquerait des centaines de millions de réfugiés climatiques, avec un effet dévastateur sur la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique  ». Au cours de cette rencontre d’hier, « l’Appel d’Abidjan » a été lancé pour réaffirmer l’engagement des parties envers le programme de développement durable à l’horizon 2030, s’agissant notamment de la neutralité en matière de dégradation des terres.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Afrique subsaharienne est la région la plus touchée par ce phénomène comparée au reste du monde. Selon l’ONU, 40% des terres seraient dégradées aujourd’hui à travers le monde. Ce constat exige de trouver des solutions concrètes à l’échelle mondiale pour enrayer la désertification, mais aussi la déforestation, les sécheresses et la pollution des sols.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article