CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 15 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 162 +0

Situation vaccinale

Première dose 50 227
Seconde dose 32 261

% de la population

2,42%
1,55%

Situation globale

125 +6 32 261 25 260 +15
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Prisonnier politique

Pascal Oyougou libre mais condamné pour sa « participation » à une marche anti-Ali Bongo

Pascal Oyougou libre mais condamné pour sa « participation » à une marche anti-Ali Bongo
Pascal Oyougou libre mais condamné pour sa « participation » à une marche anti-Ali Bongo © 2021 D.R./Info241

La cour criminelle spécialisée de Libreville s’est penchée mardi sur le cas de l’opposant gabonais Pascal Oyougou. Après avoir passé 4 ans et 5 mois en prison soit 1 200 jours de détention, la cour a requalifié les charges pesant contre lui notamment celle de « complot contre l’autorité de l’Etat » en « complicité d’intelligence avec le directeur d’un mouvement insurrectionnel ». Un crime pour lequel il a écopé 5 ans de prison dont 2 avec sursis. Celui qui disait refuser « de croire que la justice soit au service d’un clan au Gabon » a enfin totalement retrouvé sa liberté.

Moov Africa

Lire aussi >>> Pascal Oyougou : « Je refuse de croire que la justice soit au service d’un clan au Gabon »

Organiser une marche de protestation contre le pouvoir gabonais peut vous valoir 5 ans de prison dont au moins 3 ferme. C’est la jurisprudence que vient d’offrir la justice gabonaise sur le cas de l’ancien secrétaire général du Rassemblement héritage et modernité (RHM, opposition) et membre du mouvement des Altogovéens libres. Pour avoir organisé une marche de protestation contre la réélection d’Ali Bongo en septembre 2017 à Libreville, Pascal Oyougou s’était vu jeté en prison et accusé de « complot contre l’autorité de l’Etat, instigation aux actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles contre l’autorité de l’Etat et attroupement non armé sur la voie publique ayant troublé la tranquillité publique ».

Lors de son jugement mardi par la cour criminelle spéciale, ces charges ont été requalifiées après plus de 4 ans de procédure en « complicité d’intelligence avec le directeur d’un mouvement insurrectionnel et participation à une réunion publique ou manifestation non déclarée ». Le prisonnier politique qui avait tout de même recouvré la liberté d’office le 11 février dernier, comparaissait libre devant les juges. Une liberté qu’il aura conservé au terme de son audience puisque la cour l’aura finalement condamné à 5 ans de réclusion criminelle dont 2 assortis de sursis. Une condamnation qui couvre largement la durée de sa détention.

Une bonne nouvelle tout de même pour son camp toujours vent debout contre la réélection conversée d’Ali Bongo lors de la présidentielle d’aout 2016 à l’origine de cette marche interdite par les autorités gabonaises. Le rival d’Ali Bongo, Jean Ping, a notamment salué hier sur Facebook à l’annonce de ce verdict, « la liberté rendue à Pascal Oyougou » et « un homme de courage et un premier pas de la justice vers le droit ». Une victoire donc pour les proches du détenu politique dont le procès était très attendu.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article