CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Présidentielles au Gabon

Ces candidats à la présidentielle gabonaise abonnés à moins de 1% des suffrages

Ces candidats à la présidentielle gabonaise abonnés à moins de 1% des suffrages
Quelques uns des 4 candidats à l’élection présidentielle crédités de moins de 1% des suffrages © 2016 D.R./Info241

Depuis l’avènement du multipartisme en 1990 au Gabon avec le 5 décembre 1993, la toute première élection démocratique du pays, les « petites » candidatures récoltant moins de 1% des suffrages exprimés, ont toujours été légions. Tour d’horizon de ces outsiders qui terminent malgré tout l’élection présidentielle au plus bas du tableau.

Moov Africa

Alors que l’élection présidentielle de cette année arrive à grands pas - bien que nous ne sachions toujours pas à 3 mois de sa tenue, sa date exacte - la rédaction d’Info241 a décidé de faire un gros plan historique sur ces petits candidats qui ont terminé le peloton présidentiel avec moins d’un pour cent des suffrages. Candidatures fantaisistes ou expression du pluralisme politique ?

Election 1 : 1993

La première élection de l’ère démocratique s’est tenue le 5 décembre 1993 avec pas moins de 13 candidats en lice. Bien que les résultats aient été contestés par l’opposition, l’élection a été officiellement remportée par Omar Bongo à hauteur de 51,83%. Les 4 candidats à moins 1% sont :
- Marc Saturnin Nang Nguema (PLD) avec 3,579 voix soit 0,86% des suffrages
- Simon Oyono Aba’a (MORENA-Originel) avec 3,466 voix soit 0,83% des suffrages
- Adrien Nguema Ondo (MORENA-Unioniste) avec 1,842 voix soit 0,44% des suffrages
- Léon Mébiame avec 1,583 voix soit 0.38% des suffrages.

Election 2 : 1998

Le 6 décembre 1998, la seconde présidentielle remportée une nouvelle fois par le même Omar Bongo crédité de 66,88%, voit la participation de 8 candidats. Là encore, 4 candidats se partagent moins d’un pour cent des suffrages :
- Pierre-Claver Maganga-Moussavou (PSD) avec 3.152 voix soit 0,99% des suffrages,
- Martin Edzodzomo-Ela avec 1.548 voix soit 0,49% des suffrages,
- Alain Engouang Nze (CONAB) avec 892 voix soit 0,28% des suffrages,
- Joseph Adrien Mabicka Maguena avec 527 voix soit 0,17% des suffrages.

Election 3 : 2005

Ces deux premières élections étant toutes des quinquennats, les suivantes vont désormais être des septennats après une reforme constitutionnelle. La troisième élection libre du 27 novembre 2005 ne verra en lice que 5 candidats. Là encore, remportée par Omar Bongo (79,18%), bien que les résultats eux, furent une énième fois contestés. Deux candidats s’adjugeront moins d’un pour cent des suffrages soit moins de 0,5 % :
- Augustin Moussavou King (PSG) avec 1.149 voix soit 0,33% des suffrages,
- Christian Maroga (RDD) avec 1.045 voix soit 0,30% des suffrages.

Election 4 : 2009

Puis arrive enfin l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 qui interviendra trois ans avant terme, en raison du décès de l’unique champion de ces 3 élections présidentielles de l’ère dite « démocratique » le 8 juin 2009. Vingt-cinq candidats furent en lice au départ mais seuls 18 termineront la course, remportée désormais par le fils d’Omar Bongo, Ali Bongo (41,73%), là encore contestée par l’opposition.

A cette pléthore de candidats, 14 d’entre eux termineront à moins d’un pour cent :
- Casimir Oyé Mba avec 3.118 voix soit 0,92% des suffrages,
- Pierre-Claver Maganga-Moussavou (PSD) avec 2.576 voix soit 0,76% des suffrages,
- Bruno Ben Moubamba avec 963 voix soit 0,28% des suffrages,
- Georges Bruno Ngoussi avec 915 voix soit 0,27% des suffrages,
- Jules-Aristide Bourdes-Ogouliguende (CDJ) avec 695 voix soit 0,20% des suffrages,
- Albert Ondo Ossa avec 674 voix soit 0,20% des suffrages,
- Yvette Ngwevilo Rekangalt avec 367 voix soit 0,11% des suffrages,
- Ernest Tomo avec 308 voix soit 0,09% des suffrages,
- Victoire Lasseni Duboze avec 304 voix soit 0,09% des suffrages,
- Bienvenu Mauro Nguema (MORENA-Unioniste) avec 293 voix soit 0,09% des suffrages,
- Luc Bengono Nsi (MORENA) avec 250 voix soit 0,07% des suffrages,
- Marcel Robert Tchoreret (PCO) avec 248 voix soit 0,07% des suffrages,
- Jean-Guy Kombeny avec 152 voix soit 0,04% des suffrages,
- Bernard Oyama avec 106 voix soit 0,03% des suffrages.

Seuls les « grands » candidats arrivent en tête

En somme, depuis 1993, les candidatures « fantaisistes » aux présidentielles sont de tout temps relevées. Le plus criard vu enregistré en 2009 où sur 18 candidatures enregistrées, 14 d’entre lles terminaient à moins de 1%. Les « grands » candidats terminent presque toujours au haut du tableau même si l’ordre entre-eux est sujet à protestation.

Pour être honnête, terminer à moins de 1% soit au mieux avec 3.500 voix, sur un collège électoral comprenant plus de 500.000 électeurs, est tout sauf une prouesse politique. Les électeurs n’accordant leurs suffrages, en réel, qu’à 2 ou 3 candidats tout au plus.

Les potentiels candidats devraient donc y réfléchir à deux fois sur leurs chances réelles de réussite d’autant que la caution désormais fixée à 20 millions, n’est remboursée que s’ils atteignent 10% des suffrages, selon une ordonnance n°009/PR/2011 prise par le gouvernement le 11 août 2011.

Parmi ces petites candidatures à moins de 1%, figurent pour la présidentielle de 2016, celles de Pierre-Claver Maganga-Moussavou déjà deux fois dans le palmarès à 1% et d’Augustin Moussavou King. Peut-être que celle-ci pourrait être la bonne !

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article