Crise sanitaire

Réquisitionné pour la Covid-19, le CHU de Libreville valide la reprise normale de ses activités

Réquisitionné pour la Covid-19, le CHU de Libreville valide la reprise normale de ses activités
Réquisitionné pour la Covid-19, le CHU de Libreville valide la reprise normale de ses activités © 2020 D.R./Info241

Requestionné par l’Etat gabonais depuis le 10 avril pour accueillir les malades du Covid-19, le Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL) a adopté ce mercredi la stratégie de reprise des activités régulières. Une décision prise en raison de la tendance baissière de la pandémie où l’hôpital public ne compte plus que 10 patients hospitalisés.

Le CHU de Libreville songe à un retour à la normale de ses activités. Pour ce faire, sa directrice générale Marie-Thérèse Vane Ndong-Obiang a réuni ce mercredi ses principaux collaborateurs, directeurs, chefs de départements et chefs de service pour valider la stratégie de grande reprise des activités quelque peu modifiées depuis 3 mois, en raison de la crise sanitaire du coronavirus.

Les responsables du CHUL, au cours de la réunion de ce matin

« Le Directeur Général du CHUL et ses principaux collaborateurs ont donc convenu du retour imminent au fonctionnement optimal et régulier de l’hôpital, sous réserve des autorisations de la tutelle qui avait presqu’entièrement réquisitionné la structure à l’effet de la riposte contre le COVID-19, le 10 avril 2020 », indique la structure hospitalière sur Facebook.

Une vue des participants à cette réunion institutionnelle

Pour réaliser son grand retour, le CHUL a prévu le transfert de la dizaine de patients Covid-19 encore hospitalisés « dans le bâtiment de traumatologie (un R+1), en attente de livraison ». Le CHUL dit poursuivre les opérations de décontamination et de bionettoyage de ses locaux « avec le concours des services compétents du COPIL ».


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article