Mépris judiciaire

Affaire TV+/Franck Nguema : Quel avenir pour « la télévision du futur » ?

Affaire TV+/Franck Nguema : Quel avenir pour « la télévision du futur » ?
Affaire TV+/Franck Nguema : Quel avenir pour « la télévision du futur » ? © 2020 D.R./Info241

De rebondissements en rebondissements, l’épilogue de la saga très médiatisée de la chaîne de télévision privée TV+ n’est peut-être pas pour demain. Dernier fait en date, la descente mardi 17 novembre de la famille Ambroise Obame Ndong aux fins de procéder à un inventaire puis à une déclaration de presse en présence d’un huissier. Une action qui devrait en principe aboutir à un passage de témoins à la tête de cette entreprise familiale entre Franck Nguema et son cousin Joseph Ondong Atomo en sa qualité de nouveau P-DG.



Décidément, on n’est pas sorti de l’auberge dans le feuilleton à rebondissements auquel se livre la famille d’André Mba Obame autour de son héritage, notamment de sa chaîne de télévision. Une affaire, faut-il le rappeler, qui a pris une tournure particulière depuis que Franck Nguema, son président directeur général avait fait son entrée au gouvernement.

Une affaire très familiale

De fait, cette nouvelle responsabilité s’accommodait déjà très mal avec sa casquette d’homme d’affaires et de surcroît, de premier responsable d’une société de presse. Dès cet instant, la famille biologique de ce dernier a cru bon de se pencher sur la question. Bien qu’entreprise familiale, la gestion de TV+ S.A obéît à la réglementation OHADA en vigueur.

La descente de la famille dans les locaux de TV+

La convocation d’un conseil d’administration devenait urgente. Ce, d’autant plus que depuis quasiment une dizaine d’années nous apprend t-on, l’actuel ministre des Sports d’Ali Bongo n’aurait jamais procédé à un tel exercice. Pire encore, la disparition de sa grand-mère, feu Angue Obame, mère d’AMO, qui en était l’actionnaire majoritaire, imposait que soit mis en place un nouveau conseil d’administration pour remplacer celui à la création de l’entreprise.

Franck Nguema fait de la résistance

C’est dès la naissance de cette querelle que naîtra une bataille juridico-familiale. D’un côté, la majorité des membres les plus influents de la famille Obame Ndong, héritiers légaux et détenteurs de 90% des actions de l’entreprise qui ont fait bloc autour de Ondong Atomo pour pérenniser et redonner un souffle nouveau à TV+. Et de l’autre, un Franck Nguema devenu membre du gouvernement, qui continue de s’arcbouter derrière le fait que lui seul a qualité de convoquer un conseil d’administration. Sa grand-mère n’étant plus de ce monde et Angela Nguema, la fille d’AMO, sa cousine avocate au Canada ayant cédé ses 10% à son frère Joseph Ondong Atomo.

Le ministre Nguema continue de narguer la justice et les membres de sa famille

Or, ce qui paraît pour le moins ambigüe dans cette affaire qui divise plus que jamais la famille Obame Ndong, c’est que Franck Nguema ne semble avoir jamais osé œuvrer ni pour une règlement familial de l’affaire, encore moins, cherché un règlement à l’amiable de cette affaire hors des tribunaux. Bien au contraire, se sachant certainement perdant sur tous les terrains. Car, d’un côté comme de l’autre, outre la gestion cavalière et unilatérale qui lui est reprochée par les siens, d’importants mouvements de capitaux faisant croire à du blanchiment ont récemment eu cours entre TV+ et la régie Africa Network.

Des mouvements financiers douteux

Cette dernière étant une boîte en charge des annonces publicitaires de TV+, appartenant au même Franck Nguema entre 2006 à 2009. Et le montant total évoqué d’après des rapports d’audit, fait état de 2,7 milliards de mouvements financiers. Selon plusieurs sources proches de ce dossier, dont notre confrère “Échos du Nord” et le très sérieux magazine “Africa Intelligence", un décaissement de 750 millions pour la seule période allant de 2006 à 2009. Tout comme l’est un autre virement du compte de TV+ S.A de 340 864 000 FCFA vers la même Régie Africa Network.

Dans le même temps, selon les mêmes sources, la chaîne de télévision qui a tout perdu de son aura d’antan, serait endettée à hauteur de 905 millions entre 2014 et 2018. Toute chose qui a, semble t-il, poussé à bout la quasi totalité de la famille à convoquer un conseil d’administration auquel n’a jamais pris part Franck Nguema, à défaut d’en convoquer un autre tel que le lui reconnaissent pourtant les textes fondateurs de l’entreprise.

Une entrave à la justice du ministre Nguema

Pour faire la lumière sur toutes ces opérations, les démarches entreprises par le reste de la famille auprès des tribunaux du Gabon se sont avérées payantes. Puisque leur rendu reconnaît à Joseph Ondong Atomo la qualité d’actionnaire majoritaire ainsi que celle de nouveau P-DG de TV+ SA. C’est d’ailleurs à ce propos que le procureur de la République a émis un premier soit-transmis le 6 novembre dernier avant de récidiver avec un second le 13 du même mois.

L’un des deux soit-transmis restés lettres mortes

Mais aussi curieux que cela puisse paraître dans un État dit de droit comme le Gabon, la préfecture de police n’a daigné vouloir exécuter ni, le premier soit-transmis qui était adressé au préfet de police, ni au second adressé à la FOPI. Dans l’un comme dans l’autre, il est pourtant fait mention de ce que le procureur, en sa qualité de chef hiérarchique des policiers, ordonnait à ces derniers de « bien vouloir prêter main forte à l’exécution forcée de l’ordonnance de référé du 16 octobre 2020 qui autorise Monsieur Atomo Ondong Joseph à accéder aux locaux de TV+ Gabon SA... ».

Franck Nguema plus fort que la justice

Devant l’entrave volontaire que semble constituer Franck Nguema à l’exécution de cette décision de justice, et eu égard de tout ce qui précède, le chef de la famille Obame Ndong, Jean Obiang Ndong s’est donc vu obligé de descendre sur les lieux en compagnie de Me Micho Sufiano l’huissier d’Ondong Atomo pour procéder à un inventaire suivi d’une déclaration au nom de sa famille.

La famille, lors de sa déclaration mardi

Dans cette brève déclaration lue en présence de plusieurs médias, le patriarche de la famille d’AMO a une fois de plus regretté l’attitude de celui qu’il continue d’appeler “mon fils Franck”. « Face à ce mépris de la loi, nous avons trouvé judicieux de poursuivre cette exécution, malgré les manœuvres dilatoires orchestrées par monsieur le ministre des Sports qui montre aux yeux du monde la division d’une famille. Aujourd’hui, vous avez la preuve que la famille d’AMO est unie comme un seul homme et ne compte plus se faire spolier et laisser bafouer ses droits plus longtemps », a t-il martelé. Avant d’interpeller Ali Bongo à prendre acte des agissements de son ministre des Sports.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article