Libreville, le
jeudi 5 août 2021

CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 26 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 163 +0

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

64 -4 40 925 25 370 +26
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Justice

Un cousin violait sa cousine de 8 ans avant d’écoper de 12 ans de prison à Port-Gentil

Un cousin violait sa cousine de 8 ans avant d’écoper de 12 ans de prison à Port-Gentil
Un cousin violait sa cousine de 8 ans avant d’écoper de 12 ans de prison à Port-Gentil © 2021 D.R./Info241

Un pédophile de moins dans la ville de Port-Gentil. C’est du moins ce qui ressort de la condamnation lundi, par la cour criminelle de Port-Gentil de Junior Lucien Nziengui Mebiame alias Slim, un gabonais de 24 ans. Il condamné à 12 ans de réclusion pour le viol à répétition trois années auparavant de la fille de son oncle, âgée seulement de 8 ans. Le crime sexuel du cousin de 22 ans a été d’abord étouffé en famille avant de prendre un envol judiciaire.

Moov Africa

Les faits remontent à novembre 2018. Dame Raïssa Maganga, mère de la victime en voyage à Libreville, sera informée quelques jours plus tard par sa voisine de quartier, que sa fillette avait fait l’objet d’abus sexuels de la part du nommé Junior Lucien Nziengui Mebiame, neveu de son compagnon. Informée du drame, la mère de la mineure regagnera Port-Gentil où elle adresse une plainte contre le mis en cause qui avait pris la fuite.

Un cousin incestueux et pédophile

Appréhendé puis entendu en enquête préliminaire, le délinquant reconnaitra avoir entretenu des rapports sexuels avec sa cousine à plusieurs reprises sans exercer aucune menace. Le calvaire de la jeune victime était toujours le même : séduction, attouchements puis pénétration. Il a reconnu avoir eu des vues, notamment à caresser la jeune fille aux cuisses lors qu’ils étaient au quartier Matiti. Mais c’est au quartier Salsa que ses envies ont été matérialisées.

Une vue de l’audience de ce lundi à Port-Gentil

Ce jour-là, c’est aux environs de 19h alors qu’il pleuvait, il emmena la victime alors vêtue d’un slip sur le canapé, la caressa et l’installa sur ses cuisses. Il introduisait son pénis dans le vagin de la gamine, laquelle poussait immédiatement un cri d’alarme en lui disant de quitter sur elle. Des actes qu’il répétait à plusieurs reprises tantôt dans la chambre de l’enfant lorsqu’elle dormait au côté de sa jeune tante, tantôt celle qu’il partageait avec son frère Stan, en l’absence de ce dernier.

Devant la cour

Entendue au côté de sa mère devant la barre lors de l’audience de ce lundi, la jeune victime déclarait à la cour criminelle que la première fois était au quartier Matiti. Elle n’était âgée que de 8 ans lorsque Slim abusait sexuellement d’elle. Dans cette horrible histoire, elle rajouta également qu’afin de ne plus subir ce calvaire atroce face à ce pédophilie aux griffes acérées et friand de chaire fraîche, elle s’était armée d’un pilon qu’elle avait soigneusement dissimulé sous le lit.

Une action entreprise en collaboration avec sa tante aînée qui s’était malheureusement endormie comme toutes les fois précédentes. Seule et paniquée, elle va se laisser abuser une nouvelle fois. La bouche bâillonnée et avec des menaces de mort, il accomplissait paisiblement ses envies sexuelles sans inquiétude. Malgré avoir avisé sa mère, son père et de sa jeune tante de ce qu’elle subissait, son calvaire sexuel se poursuivra. Après deux années d’abus sexuels, la liberté de la jeune fille viendra grâce de l’arrivée de son cousin auprès de qui elle ira se confier. Informé, il va immédiatement alerter le voisinage et l’affaire quittera l’omerta familiale.

La sanction pénale

Entendu dans le cadre de la partie civile, dame Raïssa Maganga n’a rien sollicité sur la réparation du préjudice subi par sa fille. Elle a ajouté cependant, que son compagnon lui aurait demandé de régler ce problème en famille. Ce qu’elle a rejeté aussitôt du revers de la main. Le ministre public a requis la culpabilité de l’accusé et sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle avec une amende de 100 000 FCFA.

Me Chansel Guissiga, commis à la défense de l’accusé, a plaidé la culpabilité de son client, outre le sursis et des circonstances atténuantes conformément aux articles 41 et 46 du Code pénal. Junior Nziengui Mebiame, la tête de gondole a quant à lui demandé pardon à sa tante, son oncle, à la victime et à sa famille. S’agissant de la cour criminelle, dans sa délibération finale, elle a déclaré l’accusé coupable du crime de viol sur mineur de moins de 15 ans. En répression, l’a condamné à 12 ans de réclusion criminelle dont 2 assortis du sursis.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article