Abus sexuel

Pour le viol d’une mineure déficiente mentale, un gabonais écope de 15 ans de prison

Pour le viol d’une mineure déficiente mentale, un gabonais écope de 15 ans de prison
Pour le viol d’une mineure déficiente mentale, un gabonais écope de 15 ans de prison © 2021 D.R./Info241

La ville de Port-Gentil qui ne cesse de battre des records en matière de viol dans le pays, vient une nouvelle fois de faire parler d’elle. Dans la 50e affaire traitée par la cour criminelle, une énième affaire de viol sur mineure déficiente mentale était sur la table du tribunal. Elle opposait Pamphile N’nang Aboghé (maçon de 35 ans aux moments des faits et père de 3 enfants) à la mère de la victime qui avait tout juste 15 ans. Par ailleurs beau-frère de la victime, la cour l’a condamné à 15 ans de prison dont 5 avec sursis.

Moov Africa

Les faits remontent à l’année 2017, lorsque la gamine de 15 ans séjournait épisodiquement chez sa cousine germaine Cécile Minkui Mi Ondo. Celle-ci vivait maritalement avec l’accusé. Lors d’une soirée alors que sa concubine était absente, Pamphile N’nang Aboghé décidera d’assouvir sa libido criminelle sur sa jeune belle-sœur. Il entraîna de force la victime dans une pièce de la maison contre son gré.

Le beau-frère violeur

Arrivé sur les lieux, il la déshabillait ainsi que lui-même, montait sur elle avant d’abuser de la gamine. Après avoir accompli son crime sexuel, il la menaçait d’en finir avec elle si jamais elle venait à dénoncer les faits. Apeurée, car elle trouvait cet acte ignoble et malgré son handicap mental, elle le révéla quand-même à sa cousine. À la suite de cette révélation, cette dernière lui administrait des coups à l’aide d’un bâton avant de la sommer à son tour de ne rien dire à personne.

Le beau-frère violeur, hier devant la cour criminelle de Port-Gentil

Surprise de la complicité de sa cousine dans cette affaire, la victime remettra tout entre les mains du Saint-Père. De retour au domicile familial, sa génitrice constatait qu’elle avait des blessures sur plusieurs parties de son corps. Questionnée sur ces blessures, la victime confia que ce n’était autre que sa cousine qui venait de les lui administrer. Se rapprochant de sa nièce, Marie N’negue Ayen Fegue découvrit que sa fille avait été victime d’un viol.

Tous à la police !

Tous se retrouvaient alors au commissariat central. Et après plusieurs explications, il ressort que le pédophile beau-frère Pamphile N’nang Aboghé,, était en réalité l’auteur de ce crime sexuel ignoble sur sa fille atteinte de déficience mentale. Munie de cette information, la mère de la victime déposait une plainte contre le délinquant sexuel. Interpellé et entendu en enquête préliminaire, le mis en cause reconnaissait avoir eu des rapports sexuels consentants avec la jeune Ivanna, son petit nom.

Déféré devant parquet de la République, une enquête fut ouverte pour viol commis sur une personne vulnérable par une personne ayant autorité sur la victime. À l’instruction devant le magistrat, l’accusé avait une fois de plus reconnu avoir eu des rapports sexuels avec la victime dont il reconnaissait qu’elle souffrait d’une déficience mentale. À la barre, devant la cour criminelle, le prévenu expliquait que le jour des faits pendant qu’il regardait la télévision avec la victime. Il lui demandait si elle avait déjà eu des rapports sexuels.

Il lui déclara qu’elle lui plaisait et qu’il souhaitait avoir des rapports sexuels avec elle. Immédiatement, ils se seraient rendu dans la chambre mitoyenne où ils se seraient caressé réciproquement. Il enfilera un préservatif avant d’introduire ses doigts dans l’organe sexuel de l’adolescente avant d’abuser d’elle sexuellement. Ainsi, lors de l’audience, le ministère public dans ses réquisitions a requis la culpabilité de l’accusé et sa condamnation à 15 ans de réclusion criminelle et en outre, une amende de 50 millions de francs CFA.

L’audience et la condamnation

Me ClémenceBhongo Mavoungou, commis à la défense, a plaidé le doute sur la pertinence du rapport psychologique et le certificat médical versés au dossier et subsidiairement, la culpabilité de l’accusé et qu’il lui soit reconnu des circonstances atténuantes ainsi que le sursis. L’accusé quant à lui, a demandé pardon à la famille de la victime. La cour dans sa décision finale, a déclaré Pamphile N’nang Aboghé coupable du crime de viol sur une personne particulièrement vulnérable en raison d’une déficience mentale par une personne ayant autorité sur la victime.

En répression, il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle dont 5 ans assortis du sursis. Ce qu’il faut retenir dans cette affaire digne d’un film d’horreur américain, c’est que N’nang Aboghé Pamphile est né le 12 octobre 1982 dans la province du Moyen-Ogooué. Il a un niveau d’étude de la classe de 6e. Il est maçon et père de trois enfants. Il est chrétien protestant.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article