Front social

Les salariés du Ré-Ndama désabusés manifestent leur désarroi devant l’hôtel privé

Les salariés du Ré-Ndama désabusés manifestent leur désarroi devant l’hôtel privé
Les salariés du Ré-Ndama désabusés manifestent leur désarroi devant l’hôtel privé © 2021 D.R./Info241

Face au silence que leur oppose, d’une part leur direction générale et de l’autre, leur ministère de tutelle, les salariés de l’hôtel le Méridien Ré-Ndama ont décidé de désormais investir les locaux de cet hôtel pour manifester leur désarroi. Un acte de désespoir pour ces familles précarisées depuis la réquisition par le gouvernement de leur outil de travail depuis un an, pour cause de Covid-19.

News sur WhatsApp

Ils ne savent plus où donner de la tête. Plus de 100 employés de l’hôtel le Méridien Ré-Ndama sont au chômage depuis un an. Aux premières heures des premières mesures gouvernementales contre la propagation du Covid-19 au Gabon, cette structure hôtelière avait été réquisitionnée par le gouvernement aux fins d’isoler en quarantaine, tout patient testé positif ou rentrant d’Europe. Mis en chômage technique, la direction de cet établissement, conformément à un arrêté gouvernemental de cette époque, assurait convenablement le versement de 70 et 50% de leurs émoluments. Jusqu’à ce que l’hôtel fut officiellement libéré.

Les agents en grogne devant les locaux de l’entreprise hôtelière

Curieusement, alors qu’ils croyaient pouvoir enfin reprendre le cours normal de leur travail, un flou total s’est soudain emparé de cette éventualité. Entre menaces de licenciement et suppression systématique de leurs droits, la précarité a vite pris le dessus. Au point que, sans interlocuteur en face, et ce, malgré plusieurs signaux lancés à l’endroit de leur ministère de tutelle, Pascal Houagni Ambourouët ne semble pas y faire cas. Une précarisation volontaire, semble t-il, qui a déjà eu pour conséquence que 3 de ces compatriotes, faute de quoi pouvoir se prendre en charge, ont malheureusement perdu la vie.

Dans un dernier élan de survie, quoique désemparés, ces salariés précarisés du Méridien Ré-Ndama ont donc décidé jeudi d’aller élire domicile à l’esplanade de leur employeur, dormant jour et nuit à même le sol. Cette nouvelle étape de leur grève est prévue prendre effet dès le début de semaine prochaine. « Nous avons décidé unanimement d’opérer autrement et d’amorcer autre chose que ce que nous avons déjà fait jusqu’ici », a laissé entendre Gaétan Ngaba, le représentant de ce collectif.

Les visages des 3 agents décédés faute de moyens pour se soigner

Avant d’ajouter : « il semble que notre gouvernement ne comprend que soit, le langage de la force, soit celui de l’humiliation de ces propres concitoyens. Ce qui contraste profondément avec la déclaration du président Ali Bongo qui dit un jour qu’il ne serait heureux que quand les Gabonais le seront. Nous avons usé de toutes les voies de recours possibles. Rien ne bouge. Trois des nôtres sont décédés, faute de prise en charge médicale. Plus d’assurance, plus de boulot et plus des 50% qu’on nous octroyait. Alors, nous venons mourir ici. La majorité ayant été expulsés par leurs bailleurs depuis ».

Dans un pays où le gouvernement répond dans la plupart des situations de ce type par ma violence plutôt que par le dialogue et la négociation, il est potentiellement à craindre un énième affrontement gratuit en perspective entre les forces de l’ordre et ces compatriotes désabusés.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article