Front social

Les enseignants de Port-Gentil maintiennent fermement leur piquet de grève

Les enseignants de Port-Gentil maintiennent fermement leur piquet de grève
Les enseignants de Port-Gentil maintiennent fermement leur piquet de grève © 2021 D.R./Info241

Suite à l’assemblée générale décisionnelle qui s’est tenue le 17 novembre dernier, les enseignants de Port-Gentil ainsi que les bureaux conjoints syndicaux Sena-Conasysed ont tenu à honorer de leur présence. À cet effet, ils se sont mobilisés encore hier, une énième fois comme un seul homme au piquet de grève. Preuve que le mouvement de grève est bel et bien là dans la commune de Port-Gentil.

Info241 sur Whatsapp

« Nous nous félicitons de la mobilisation des enseignants à ce piquet de grève. Les élèves des lycées et collèges de Port-Gentil avaient marché, preuve que les apprenants ont conscience de la situation qui les accable. Ils sont également conscients qu’une année de trop sans profs dans les salles de classe est un manque à gagner. L’objectif pour nous est de paralyser l’éducation dans la province partant le Gabon en général », a déclaré Paterne Ndong Nkoulou, délégué administratif CONASYSED Port-Gentil.

Le bras de fer du gouvernement

Il faut dire que malgré plusieurs négociations entre le gouvernement et le Syndicat de l’éducation nationale (SENA) tout au long de l’année 2020-2021 d’une part, et d’autre part, en dépit des démarches administratives de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) au travers des correspondances faites au gouvernement pour interpeller ces derniers de l’urgence qu’il y a et de la nécessité de trouver des solutions concrètes aux nombreuses revendications inscrites dans le cahier des charges, ledit gouvernement s’est terré dans un mutisme sans précédent.

Des enseignants en rassemblement devant un établissement de la capitale économique gabonaise

Face à tout ceci, un préavis de grève avait été déposé le 1er octobre dernier après la suspension du mouvement de grève du 13 mars 2021. Malgré tout ceci, le gouvernement de la République est resté sourd-muet. Devant ce manque de considération de la part de Rose Christiane Ossouka Raponda, la CONASYSED s’est donc réservé le droit d’entreprendre des actions légales visant à perturber l’année scolaire 2021-2021.

Les revendications des enseignants

Dans son cahier de revendications, la CONASYSED à travers un courrier N° 367/CONASYSED/BN du 12 juillet dernier adressé à la Première ministre lui indiquait que la reprise des cours serait actée par la résolution des points de revendications tels que :
- la régularisation intégrale de toutes les situations administratives (recrutement, intégration, titularisation etc ) ;
- l’organisation des concours d’entrée à l’ENI et l’ENS ;
- le paiement de rappel solde ;
- le paiement d’arriérés de salaires ;
- l’octroi de la prime COVID-19, etc.

« Il est temps que le gouvernement rétablisse l’enseignant dans ses droits pour que nous ayons une école digne de ce nom, pour que l’école gabonaise rayonne comme il y a quelques années de cela. L’enseignant n’est pas un simple salarié, nous sommes des éducateurs de la société. Si le gouvernement tente de nous chosifier, nous ne nous laisserons pas faire. Cette grève ira jusqu’au bout », rajoute Paterne Ndong Nkoulou.

Une issue heureuse ?

Tout compte fait, le gouvernement gagnerait à discuter et à négocier avec les deux centrales syndicales pour enfin sortir de cette crise interminable. Car il est vrai que le premier et seul responsable de cette montée d’adrénaline dans le secteur de l’éducation nationale au Gabon n’est tout autre que l’État Gabonais. Le retour des enseignants dans leur salle de classe respective n’est pas pour maintenant. Et les parents d’élèves inquiets, sont appelés à comprendre la situation actuelle selon les délégués.

« Que les parents d’élèves arrêtent de jeter l’anathème sur l’enseignant. Les enseignants font partie intégrante de la nation gabonaise et ils sont sous la tutelle du ministère de l’Education nationale et partant du ministère de la Fonction publique. Par conséquent, ils devraient comprendre notre situation qui n’a d’autres objectifs que l’amélioration des conditions de vie et de travail et par ricochet, l’amélioration des conditions de vie des apprenants », conclut Yossa Yossa, enseignant membre du bureau de la coalition CONASYSED-SENA dans l’Ogooué-Maritime.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article