Classement mondial

Le Gabon perd 8 places dans le classement 2021 des pays le plus heureux du monde

Le Gabon perd 8 places dans le classement 2021 des pays le plus heureux du monde
Le Gabon perd 8 places dans le classement 2021 des pays le plus heureux du monde © 2021 D.R./Info241

Le Gabon continue de dégringoler dans les classements mondiaux. Après celui de la condition des femmes où le pays s’est classé 41e africain en pleine « décennie de la femme », le pays d’Ali Bongo chute de 8 places à celui du pays le plus heureux du monde. Ce classement du World Happiness Report 2021, réalisé sous l’égide de l’ONU, classe vendredi le pays au 112e rang mondial sur 149 pays. Sans surprise, ce classement reste dominé par les pays européens dont la Finlande qui caracole en tête pour la 4e année consécutive.

News sur WhatsApp

Le Gabon est loin d’être le pays du bonheur malgré les promesses de ses acteurs politiques. Pire, le pays a de nouveau perdu 8 places dans le classement des pays le plus heureux du monde. Une dégringolade pour le pays qui obtient pas la moyenne sur 10 avec seulement 4,852 points dans ce classement international. Le Gabon ne fait pas mieux que le leader africain qu’est l’Ile Maurice (50e mondial) ou encore des pays tels que le Congo (83e), la Côte d’Ivoire (85e), le Cameroun (91e), le Sénégal (92e), le Ghana (95e), le Niger (96e)...

Les auteurs de l’étude utilisent des sondages de l’entreprise américaine Gallup qui interrogent les habitants des pays sur leur propre niveau de bonheur. Ces réponses sont ensuite croisées avec le PIB ainsi qu’avec divers indices de solidarité, de liberté individuelle et de corruption, pour aboutir à une note sur 10. Le classement pondère les données des trois dernières années. Ce classement permet aussi de désigner le pays le moins heureux de la planète. Cette année, la palme revient à l’Afghanistan (149e), juste précédés par le Zimbabwe (148e), le Rwanda (147e), le Botswana (146e) et le Lesotho (145e).

Dans la précédente édition, le Gabon avait été classé 104e mondial. Une position déjà peu enviable que le pays n’aura pas réussi à tenir 12 mois plus tard. En cause notamment, la crise sanitaire imposée par la Covid-19 et les nombreuses restrictions des libertés imposées par les autorités gabonaises. Un cocktail de mesures contraignantes qui ne permet ainsi pas aux citoyens d’être heureux. Ali Bongo avait promis en 2009, qu’il ne serait « heureux » que lorsque les Gabonais le seront. Des paroles et une promesse électoraliste qui n’ont depuis pas survécus à l’épreuve des faits.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article