CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 77/48h
Nombre de décès depuis mars 2020 157+0

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

510 -178 12 337 24 832 +77
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Tribune Libre

L’appel à un sursaut patriotique Gabonais de l’universitaire Fortuné Nkonene-Benha

L’appel à un sursaut patriotique Gabonais de l’universitaire  Fortuné Nkonene-Benha
Image illustrative. Photo-montage : Info241 © 2016 D.R./Info241

L’enseignant-chercheur gabonais, Fortuné Nkonene-Benha, procède dans une tribune libre aux allures de diatribe satirique, à une brûlante analyse sur la dégradation de la situation sociale, économique et politique gabonaise. Selon l’auteur du roman La tentation du plagiat, le recul des valeurs républicaines a marqué durant 7 ans, une « escalade d’imposture » sous la mandature présidentielle d’Ali Bongo. Le membre engagé du Club 90 pour l’Alternance, appelle à un sursaut patriotique de tous les citoyens gabonais afin de s’opposer à la candidature du président sortant.

Moov Africa

« Le Seigneur est patient, sa puissance est immense, mais il ne tient pas le coupable pour innocent », Nahoum.

Dieu nous parle. Nous ne l’entendons pas ou refusons de l’écouter. Trop absorbés à servir le Veau d’or, nous avons confié entre les mains de petits dieux incertains le destin d’un Gabon surchargé d’incertitude. Aussi, fâchés par l’indifférence civique et les pratiques idolâtres des membres de la Nation, nos génies tutélaires grondent et rugissent de mécontentement.

Et pour cause : malgré d’innombrables scandales ahurissants, et le fait qu’il méprise les Lois et les mœurs de son pays, le chef de l’Etat est encouragé, encensé et ovationné par ses concitoyens. Au-delà de l’image infantile et irresponsable « scotchée » désormais au Gabonais – qui visiblement se soucie avant tout de son petit sort individuel – c’est la République qui est rabaissée et humiliée.

Un imposteur dont il faut empêcher que l’imposture se répète

Hormis les prises de parole virulentes de la société civile (Paulette Oyane Ondo, Marcel Libama, Marc Ona Essangui, etc.), les appels à la vigilance de quelques intellectuels courageux (Noël Bertrand Boundzanga, Patrice Moundounga Mouity, Lucien Ditougou) et l’agitation pleurnicharde de l’opposition – à l’exception notable de Jean de Dieu Moukagni Iwangou qui tient sur le sujet un invariable discours escorté d’une méthode –, l’espace public est mystérieusement silencieux sur « le cas » Ali Bongo Ondimba.

A vrai dire, le président de la République n’est que timidement dénoncé pour ce qu’il est, aux yeux de la loi : un imposteur dont il faut empêcher que l’imposture se répète. De fait, chacun doit clairement prendre conscience que son maintien à la tête de notre pays tient du sursis et que sa participation à l’élection présidentielle de 2016 est un non-sens, et rien d’autre.

Disons brutalement les choses : les Gabonais sont désespérants ! Au grand dam de mon entendement traumatisé, je ne comprends pas que depuis quelque temps de nombreux compatriotes en appellent à la candidature d’Ali Bongo Ondimba. Cette invite insensée, aussi obscène que la sexualité des vieillards, relève d’autant plus de l’aberration que son bilan moral, politique et économique devrait plutôt l’écarter de la sphère du pouvoir, pour crimes avérés contre l’Etat gabonais et contre les Gabonais. Dont le plus grave : le parjure.

Point n’est besoin de faire le rappel du lourd réquisitoire que chacun sait. Mais quand même ! Les Gabonais seraient-ils devenus sadomasochistes ? Au fait, où sont donc passés les intellectuels censés faire barrage contre un dessein aussi démocraticide ? Avons-nous collectivement abdiqué, abjuré notre foi républicaine et finalement accepté la dictature issue de cinquante années d’un bongoïsme avilissant ?

Peut-être, n’y a-t-il rien à comprendre. Excepté que la lâcheté de nos aînés a fait école, si bien que de la tyrannie espiègle d’Omar Bongo Ondimba à l’autocratie assumée de son fils, ce sont les mêmes facéties dramatiques que nous endurons sous couvert d’un stoïcisme simulé. Ainsi, assurons-nous la perpétuation d’une forme de complicité dans la couardise en donnant un quitus suicidaire appelant Ali Bongo Ondimba à consolider la fossilisation de notre démocratie. Le président se montre-t-il incapable, à l’inverse de chacun de nous, de justifier ses origines ? Il est applaudi depuis Mouleingui-Bindza jusqu’au Ntem !

Reconnaît-il devant des journalistes avoir usé de faux papiers pour accéder dans le Saint des Saints ? Que d’exorciser la malédiction suscitée par une telle profanation, des populations endoctrinées crient à son génie ! Outrage-t-il la Constitution par le méli-mélo des affaires (Delta Synergie) et des fonctions présidentielles ? Partout dans le pays s’organisent d’ubuesques marches pour saluer le visionnaire ! Ou bien nous sommes des aveugles à plaindre, plongés dans l’hébétude, ou bien nous avons perdu une grande part de notre humanité.

Dans tous les cas, je ne pense pas que le peuple gabonais – considéré à l’aune des exemples ivoiriens, sénégalais ou burkinabè – soit encore « comme on l’entend » digne d’être perçue comme une communauté dépositaire de la souveraineté.

A cette allure, le risque est grand que la lâcheté héritée de nos pères ne contamine nos enfants, qu’ils soient eux aussi des pleutres malléables tremblant devant le premier imposteur venu. Des velléitaires livrant la patrie à des gens sans notion du bien public, à des mercenaires pleins de mépris pour la République et pour tout ce qu’elle représente.

Du fait que la peur – pour notre vie, pour notre travail, pour quelques avantages – a remplacé dans notre subconscient le sens civique du sacrifice, nous admettons qu’on fasse de nous des individus craintifs et sans personnalité, des citoyens inconscients des lourdes responsabilités qui nous obligent à l’endroit de la république.

On peut se demander, à supposé que nous l’ayons jamais été un jour, si nous sommes encore des hommes dans la plénitude ontologique de ce terme. Etre prêt à vendre père, mère et patrie pour quelques CFA ne plaide pas pour nous réconcilier avec l’espèce humaine.

Les accents mythiques d’une politique sans vision

Au contraire, nous laissons nos droits être bafoués par un régime spécialisé dans la fabrique de mythes. En effet, la gouvernance du Chef de l’Etat s’est singularisée par sa propension à conduire une politique aux accents mythiques, voire mythologiques. Rien d’étonnant puisque le promoteur de « L’Avenir en confiance » est lui-même un mythe légendaire. Une figure inconnaissable. Pourvue d’un parcours mystérieux et d’un programme politique tellement banal qu’il en devient brillant.

Ali Bongo Ondimba et son PSGE – évocation parodique des lettres kabbalistiques – sont des mythes parce que sept ans après son impatronisation au sommet de l’Etat, personne ne sait toujours rien du premier, et nous nous interrogeons indéfiniment sur l’alpha et l’omega de sa politique, qui se contente de prédire le Grand soir pour 2025, faute d’enchanter notre présent.

Servi par d’infatigables affidés métamorphosés en templiers ou mystagogues, le mythe de l’Emergence repose sur quelques fariboles creuses, telles que le sens du partage, la sacralité de la jeunesse ou la fameuse diversification de l’économie. La précarité et la pauvreté galopantes dans notre société, malgré un PIB par habitant éloquent, se passent de commentaire. Quant à la sacralité de la jeune génération, un regard sur notre jeunesse abandonnée et déboussolée rend superflue toute argumentation.

Pour donner un tantinet de vraisemblance à son invraisemblable projet, le numéro un gabonais n’a de cesse de vanter la diversification de l’économie. Or, celle-ci suppose, si on en croit Raymond Aron, d’affecter à un secteur économique sous-représenté une part des ressources productives issues d’un secteur jusque-là surreprésenté. Ce n’est pas le programme GRAINE qui réussira à donner le change, les économistes avisés pensant que cette esbroufe politique masque à peine notre forte dépendance économique au pétrole, au bois et aux minerais.

A défaut de réponse pertinente, l’émergence se réfugie dans l’autosatisfaction, car comme dans tout mythe qui se respecte, ni l’échec, ni la demi-mesure n’existent. Rectiligne ou linéaire, le mythe ne rencontre pas l’erreur, il a la circonférence parfaite de la vérité ou celle d’une Graine. Le refrain d’Ali Bongo Ondimba et de ses inconditionnels consiste à chanter que le Gabon est un Eldorado, où il ferait si bon vivre si on ne rencontrait pas la xénophobie des Gabonais. Signe de la moisissure du climat social, il y a trois mois, des universitaires ont failli s’écharper sur cette question, pendant un colloque à l’UOB.

Parmi ces universitaires, sherpas de la grande « courtisanerie » émergente grassement payés par le Prince, il en est qui se mettent à l’avant-garde pour diffuser ces pensées rancies, en germination douteuse dans l’esprit de ces savants d’un genre inédit. Mis à contribution dans un contre-emploi négateur de l’idéal universaliste de l’intellectuel, le verbe lénifiant de ces faux-monnayeurs de la pensée, qu’on qualifie abusivement d’éclaireurs des masses ignorantes, illustre la « trahison des clercs » qui désespérait rageusement Julien Benda au siècle dernier !

Escalade d’impostures : le Gabon au-dessus d’un volcan !

Parce qu’il apparaît comme l’instigateur de la désanctuarisation de la légalité républicaine, Ali Bongo Ondimba doit être tenu en marge du processus qui conduira au renouvellement de l’équipe dirigeante du Gabon. Cela induit sans possibilité de contestation qu’il soit mis hors-jeu, et avec lui tous les protagonistes ayant échafaudé la forfaiture de 2009. Le retour des mêmes acteurs ne saurait être interprété autrement que comme une injure à nos institutions, une flagrante et violente remise en question de notre aspiration à la démocratie, et un mépris réitéré des populations gabonaises. Toutes choses qui, si elles rencontrent fréquemment peu de réaction dans l’opinion, n’en constituent pas moins des atteintes gravissimes à l’âme de notre vénérable Nation.

Imperceptible pour beaucoup, le danger qui guette notre pays est réel. Il est le fait d’un seul homme. Que le Chef de l’Etat ait l’intention de briguer à nouveau le fauteuil présidentiel, voilà une aberration nullement concevable, une provocation qu’on ne saurait tolérer. J’estime en conséquence qu’un individu qui a délibérément et ostensiblement trahi son peuple ne mérite plus sa confiance. Qui plus est, il semble n’en avoir jamais éprouvé ni remords, ni contrition,… conduites qui auraient favorisé de la part des populations un infléchissement sincère au pardon. J’estime aussi que le PDG qui compte d’authentiques patriotes relégués inexplicablement dans l’ombre doit saisir cette opportunité historique.

Comme le rappelait il y a quelque temps le Dr Alphonse Louma Eyougha devant la présidente de la Cour Constitutionnelle, aucun Gabonais ne souhaite que le Gabon « flambe ». Nonobstant, il n’y a jamais de fumée sans feu. Dès l’instant qu’Ali Bongo Ondimba a présenté un acte de naissance frauduleux à l’élection présidentielle de 2009, et qu’il a plusieurs fois produit d’autres faux par la suite, s’est ouvert au Gabon un cycle ininterrompu d’instabilité politique, financière et sociale qui est allée crescendo. Depuis, et jusqu’à ce jour, le Gabon vit au-dessus d’un volcan comme jamais dans toute son histoire. Pour éviter que la lave ne déborde, la prudence et la sagesse recommandent que le président de la République sortant se tienne en dehors du processus électoral.


Ali Bongo Ondimba hors-jeu pour la présidentielle de 2016

Ayant donc perdu le droit de parler au nom du Gabon il lui reste seulement à terminer un mandat entaché de dol pour tromperie des électeurs. Et parce que son alliance avec ses compatriotes ne fut qu’un contrat de dupes, son départ est déjà consommé par la majorité des Gabonais. Lesquels ont d’ores et déjà pris acte d’une vérité banale : il existe une vie après les Bongo Ondimba. A coup sûr, le Gabon continuera d’être le Gabon – sinon plus même – lorsque se refermera la douloureuse parenthèse de cette dynastie imposée, malgré les effets résiduels de sa stérile mythologie.

Je ne peux m’empêcher de citer Jorge Luis Borges : « Les dictatures fomentent l’oppression, les dictatures fomentent la servilité, les dictatures fomentent la cruauté ; encore plus abominable est le fait qu’elles fomentent la stupidité ». Et nous persuadent de tirer orgueil de notre misérable condition !

Sous les oripeaux ensanglantés (crimes rituels) d’une République nominale et les colifichets en trompe-l’œil d’une émolliente « démocratie du consensus » (pitoyable CND visible nulle part sur la planète), le Gabon des « années Ali » n’est pas loin de ressembler à ce tableau absurde. Si nous souhaitons commencer enfin à vivre comme des Hommes, d’authentiques citoyens libérés, et non plus tels des esprits végétatifs conditionnés par la peur et abrutis par les miroitements trompeurs de l’argent facile, le moment est venu de dire non à l’imposture d’Ali Bongo Ondimba.

Si être Gabonais a encore un sens pour chacun des fils et chacune des filles attachés à ce pays qui vibre du souvenir épique d’Emane Ntolé, de Nyonda et de Wongo ; si nous sommes convaincus que Dieu n’a pas élu notre peuple pour servir de divertissement à la race humaine ; et si nous ressentons au plus profond de nous que notre Nation est éternelle, arrêtons d’être les complices de ce cirque qui n’a que trop duré.

En août 2016, restaurons notre fierté et rendons de nouveau le Gabon digne d’une universelle admiration !

Fortuné Nkonene-Benha
Écrivain Enseignant chercheur (Spécialiste de Raymond Aron) de littératures françaises à l’Université Omar Bongo de Libreville.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article