Disgrâce

BLA, l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo à la barre ce jeudi pour faux et usage de faux !

BLA, l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo à la barre ce jeudi pour faux et usage de faux !
Brice Laccruche Alihanga accueillant Ali Bongo à son retour au Gabon après un violent AVC © 2021 D.R./Info241

En attendant les conclusions sur les supposées malversations financières pour lesquelles il est en prison depuis 17 mois, c’est pour un autre chef d’accusation que l’ancien directeur de cabinet présidentiel d’Ali Bongo sera à la barre ce jeudi. Brice Laccruche Alihanga (BLA) passera en correctionnel pour s’être fait établir de faux documents administratifs liés notamment à la filiation de ce franco-gabonais. Un procès que dénonce son avocat, Anges Kevin Nzigou, qui pointe l’irrespect des droits de la défense dans ce dossier.

Moov Africa

Lire aussi >>> Des internautes démontent les mensonges de Brice Laccruche sur ses origines gabonaises

L’ancien tout-puissant directeur de cabinet présidentiel, Brice Laccruche Alihanga, devra faire face à la justice pour un avant-procès. L’homme qui avait toute la confiance d’Ali Bongo pourtant entouré de services de renseignement, est en effet également poursuivi pour faux et usage de faux. Et pour cause, la justice dit avoir suffisamment d’éléments sur la filiation controversée de l’ex « ami intime » et homme fort d’Ali Bongo.

L’ancien homme fort du régime Bongo, Brice Laccruche Alihanga

C’est pour ce chef d’accusation que l’ancien ministre gabonais du Suivi de la stratégie des investissements humains et Objectifs de développement durable sera face à la justice en correctionnel. Un procès que dénonce vigoureusement son avocat qui aurait reçu l’avis de comparution de l’ancien homme fort du palais présidentiel que ce 20 avril. « Lui même ne sait pas l’infraction pour laquelle ils veulent le juger jeudi », a fustigé Anges Kevin Nzigou.

Lire aussi >>>L’ancien « messager intime » d’Ali Bongo jeté en prison pour corruption

Tombé en disgrâce durant la convalescence d’Ali Bongo suite à un AVC, Brice Laccruche Alihanga avait été jeté en prison le 13 décembre 2019 pour notamment malversations financières, corruption et détournements de deniers publics dans le cadre de l’opération mains-propres baptisée scorpion. Sa chute avait précédé celles de plusieurs membres de son mouvement pro-Bongo dont les ministres Tony Ondo Mba, Justin Ndoundangoye, Noel Mboumba et Roger Owono-Mba ainsi que le porte-parole présidentiel Ike Ngouoni.

Le procès de ce jeudi qui s’ouvrira à 13h au palais de justice de Libreville, permettra de faire la lumière sur nombres d’accusations pesant sur sa filiation. La justice douterait de son certificat de nationalité et de ses actes de naissance faisant de lui le fils de Louis André Laccruche Alihanga, un ancien ponte du régime Bongo. Il serait plutôt le fils naturel de Norbert Fargeon et d’Elisabeth Dupont, deux citoyens français. D’où les accusations de faux et usage de faux brandis aujourd’hui contre l’ancien enfant terrible du régime d’Ali Bongo.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article