Crise au CLR

Les Midoungani claquent à leur tour la porte du CLR de Jean Boniface Assélé

Les Midoungani claquent à leur tour la porte du CLR de Jean Boniface Assélé
Le couple politique et leur ancien mentor © 2019 D.R./Info241

Le Cercle des libéraux réformateurs (CLR) le parti du général Jean Boniface Assélé est depuis plusieurs semaines dans la tourmente. Après la démission récente d’Eloi Nzondo, deux cadres de ce parti en l’occurrence Gaston Midoungani et sa femme Eliane Frida Midoungani ont décidé ce samedi de claquer la porte de la formation politique dirigée par l’oncle d’Ali Bongo, selon une information parvenue à la rédaction de Info241 ce jour.

Info241 sur Whatsapp

Le couple Midoungani dénonce les choix politiques incohérents du président du parti. La grogne au sein du CLR continue de plus belle. Ce samedi, Gaston Mindoungani et sa femme Frida Mindoungani ont décidé de claquer la porte du parti du général Jean Boniface Assélé.

Le post Facebook annonçant cette démission familiale

Selon plusieurs sources, cette décision trouverait ses origines dans l’incohérence des choix politiques du président du parti qui depuis plusieurs semaines n’a cessé de « torpiller » ses alliés du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) au travers d’une émission diffusée sur les ondes sa radio Génération Nouvelle.

En outre le couple aurait également très mal vécu la perte du siège de maire du 6e arrondissement qui jusqu’ici était la chasse gardée de Frida Midoungani. Cette double démission constitue de toute évidence une lourde perte pour le CLR qui au terme des élections locales et législatives du 6 octobre dernier avait récolté une maigre moisson.

Jean Boniface Assélé sera-t-il en mesure de donner un nouveau souffle à son parti ? Rien est moins sûr.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article