Impasse gouvernementale

Humilié par ses citoyens, le gouvernement gabonais bouderait-il l’annulation de l’arrêté 685/PM ?

Humilié par ses citoyens, le gouvernement gabonais bouderait-il l’annulation de l’arrêté 685/PM ?
Humilié par ses citoyens, le gouvernement gabonais bouderait-il l’annulation de l’arrêté 685/PM ? © 2022 D.R./Info241

C’est le black-out total au sein du gouvernement gabonais dirigé par Rose Christiane Ossouka Raponda. Ridiculisé par deux membres du membres de la société civile qui accusaient l’arrêté gouvernemental 685/PM de violer la Constitution, la Cour constitutionnelle a donné raison aux plaignants, membres du Copil citoyen, depuis le 31 décembre 2021. Depuis c’est le silence total au gouvernement pour annoncer cette cuisante défaite au grand public. Un manque de fair-play pour un gouvernement légaliste qui a ainsi fait appliquer entre le 24 et 28 décembre des dispositions contraire à la Constitution sans faire aujourd’hui amende honorable.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Arrêté 685/PM aussi annulé : Ossouka Raponda perd définitivement face au Copil citoyen !

Le gouvernement n’a-t-il plus de porte-parole ? L’on est droit de s’interroger sur cet état de fait depuis que la Cour constitutionnelle a rendu sa décision n°45/GCC du 31 décembre 2021 annulant un second arrêté pris à la hâte par le gouvernement au mépris d’une précédente décision de la Cour constitutionnelle. Un silence qui s’est étendu aux médias d’Etat qui ont depuis le 1er janvier, oubliés de rendre compte de cette décision de la gardienne de notre Constitution, relayée par la seule presse en ligne.

Des mesures à la fois impopulaires et anticonstitutionnelles

En effet, en déclarant anticonstitutionnelle les articles 6 et 10 de l’arrêté portant nouvelles mesures de riposte, c’est tout le gouvernement et Ali Bongo qui se trouvent surpris en flagrant délit de violation de la Constitution qu’ils sont censés protéger et servir. D’où le coup de massue asséné dans la fourmilière de dirigeants politiques qui, la tête dans le guidon d’une course effrénée pour contraindre plus de gabonais à la vaccination contre la Covid-19, ont oublié de le faire dans le strict respect des normes de la République et de la Constitution.

Lire aussi >>> Pourquoi l’arrêté 685/PM du gouvernement gabonais a-t-il été déclaré anticonstitutionnelle ?

Une piqure de rappel cinglante de la Cour constitutionnelle à une classe politique dirigeante qui voulait délibérément mettre fin à la gratuité des tests pour obliger les gabonais à n’avoir d’autre choix que de se faire vacciner. D’ailleurs, la manœuvre d’obligation vaccinale insidieuse du gouvernement et d’Ali Bongo marchait bien avant que ne s’en mêlent les membres du Copil citoyen. Ils ont tenu par deux fois à faire mentir les autorités gabonaises en s’opposant à ces deux arrêtés controversés tous annulés l’un après l’autre par la haute juridiction qui cette fois ne s’est pas laissée dicter sa conduite.

Ali Bongo complice ?

Une lourde déconvenue pour le gouvernement Ossouka Raponda toujours soutenu par ailleurs par Ali Bongo, devenu un chantre de la vaccination à marche forcée. D’ailleurs, plutôt de concéder leur défaite citoyenne publiquement, l’exécutif toujours visiblement aussi revanchard, a d’ores et déjà annoncé la tenue d’un conseil des ministres pour ce lundi matin à 10h00. Une réunion qui devrait découler sur la prise d’un décret annulant celui sur la gratuité des tests PCR. Le bras de fer que refuse de perdre l’exécutif contre ses citoyens pourrait être ainsi relancé par Ali Bongo lui-même ce lundi !

Les regards sont désormais tournés vers le compte rendu de ce nouveau conseil des ministres qu’Ali Bongo a préféré convoqué en visioconférence pour statuer sur les questions majeures de la vie politique de la Nation. Un conclave gouvernemental qui ne devrait pas rester insensible à la double gifle de la Cour constitutionnelle qui a au terme de sa décision donné un mois au gouvernement pour corriger sa copie.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article