L'info en bref...

Cameroun : 9 morts dans un attentat à la bombe contre un convoi militaire

Cameroun : 9 morts dans un attentat à la bombe contre un convoi militaire
Cameroun : 9 morts dans un attentat à la bombe contre un convoi militaire © 2021 D.R./Info241

Moov Africa

Un attentat à la bombe a visé un convoi des forces de sécurité et de défense camerounaises dans la localité de Santa, région du Nord-Ouest anglophone, samedi 13 novembre, faisant au moins neuf morts et un blessé, a rapporté le gouverneur du Nord-Ouest, Adolphe Lélé Lafrique. « L’un des véhicules transportant ces forces de défense et de sécurité qui revenaient d’une relève, a été soufflé par un engin explosif improvisé implanté sur la route par des séparatistes au lieu dit Matazen près de Santa », a expliqué le gouverneur.

Le bilan de cet attentat à la bombe est de « trois gendarmes, cinq policiers et un civil tués », d’après cette autorité. Le véhicule des forces de défense et de sécurité a été aussi complètement détruit par l’explosion selon les images postées sur les réseaux sociaux par les forces de défense. C’est l’une de attaques la plus meurtrière en zone anglophone depuis le début de cette année. Le 13 septembre dernier, des séparatistes terroristes avaient attaqué simultanément trois postes militaires dans la région du Nord-Ouest tuant sept militaires.

Le Nord-Ouest et le sud-ouest du Cameroun sont le théâtre depuis près de cinq ans d’un sanglant conflit séparatiste opposant des groupes armés anglophones à l’armée. Les ONG internationales et l’ONU accusent les deux parties d’exactions et de crimes contre les civils. Depuis fin 2016, les forces gouvernementales se heurtent à des combattants séparatistes en zone anglophone du Cameroun où les séparatistes veulent créer un Etat indépendant dénommé "Ambazonie".

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève