Portrait

Yves Antonio Ogoula, un talent journalistique gabonais trop vite disparu

Yves Antonio Ogoula, un talent journalistique gabonais trop vite disparu
Yves Antonio Ogoula, un talent journalistique gabonais trop vite disparu © 2022 D.R./Info241

La pratique du métier de journaliste est pour de nombreux observateurs significativement conditionnée par une passion sans faille mais aussi par un talent significatif dont seules les personnes souffrant de cécité ne peuvent en déceler les postures mais qui au travers de l’écoute, trancheront sur l’individu et son savoir-faire. Un professionnel de la communication est à lui seul une empreinte vocale mais aussi un récit explicite à l’expression limpide.

Info241 sur Whatsapp

Dans la plupart des cas, les plus prometteurs dans les professions liées à l’information sont souvent ceux et celles qui y baignent depuis le plus jeune âge avec enthousiasme et ambiance bon enfant. Un parcours scolaire auréolé d’une formation universitaire axé sur les emplois ayant trait au journalisme permet à ceux et celles qui veulent en faire une carrière de mieux s’armer pour acquérir davantage d’outils et de techniques afin de parfaire leurs rendus.

L’illustre disparu

Nous retraçons aujourd’hui la vie de Yves Antonio Ogoula (1974-2018), un Gabonais pour qui l’information, la culture et le sport étaient indissociables. Talentueux depuis ses années lycée, c’est étonnamment au sein du pays dans lequel il effectua ses études universitaires qu’il devint une référence en matière de journalisme surtout dans le domaine du sport où il excellait.

 Naissance

C’est en date du 13 septembre 1974 que vient au monde Yves Antonio Ogoula.

 Parcours scolaire

Yves Antonio Ogoula débute son cursus en 1981. Il fréquente l’école primaire catholique Saint-Louis et y obtient son Certificat d’études primaires (CEP) en 1988. Yves Antonio Ogoula décrochera tour à tour son Brevet d’études du premier cycle (BEPC) puis son baccalauréat. Après l’obtention dudit sésame, Yves Ogoula s’envole pour le Sénégal direction Dakar. Il a étudié à l’Institut des sciences et des techniques de l’information et de la communication (ISTIC).

 Parcours professionnel

Alors qu’il n’est âgé que de dix ans, Yves Antonio Ogoula ambitionne de devenir journaliste affirmant plus tard qu’une voix émanant d’un ange lui aurait confié cette mission. Au fil des années, le jeune Yves s’arme de détermination et de hargne tout en laissant s’exprimer un talent inéluctable. Il s’adonne à ce qui a toujours été sa passion du moins depuis 1986. Au collège en classe de 5ème. Yves Antonio Ogoula anime une émission radio dénommée « A l’écoute du monde » pour le compte de la station Radio Liberté puis deviendra l’animateur vedette du lycée au sein d’une autre station de radio appelée Radio Unité.

Animateur acharné

A la fin de ses études au Sénégal, Yves Antonio Ogoula a désormais toutes les armes pour réussir une carrière de journaliste, lui dont le talent s’est aiguisé d’année en année. A l’âge de 26 ans, Yves Antonio Ogoula est drafté pour officier au sein de la station de radio Sport FM de la ville de Thiès. Le 1er septembre 2003, Sport FM devient Radio futur média (RFM), radio principale du groupe de presse Futurs-Médias après son acquisition par le célébrissime musicien sénégalais Yousou N’Dour. Après trois années de travail satisfaisant, l’agrandissement et l’évolution de l’environnement professionnel de Yves Antonio constitue un tremplin de poids car sa voix informe désormais une plus large audience durant l’édition d’informations de 7 heures, lui qui est un matinal né.

Doté d’une joie de vivre admirable et d’une voix attrayante, Yves Antonio Ogoula aura surtout marqué les esprits des auditeurs sénégalais lors de ses commentaires au moment des rencontres de football. Sa connaissance footballistique et sa rhétorique charmaient gaiement son auditorium qui n’hésitait pas à le lui faire savoir. Ses compétences en matière de ballon rond vont d’ailleurs lui ouvrir les portes de l’équipe nationale de football du Sénégal. Il va ainsi commenter plusieurs matchs des Lions de la Téranga pendant le mondial de 2002 et durant des éditions de la Coupe d’Afrique des nations (CAN).

Une voix inestimable

En 2009 pour des raisons personnelles, Yves Antonio Ogoula regagne le Gabon et Port-Gentil. Mais ce qu’il pensait n’être qu’un séjour va s’avérer plus long suite à d’innombrables contraintes. Mais Yves Antonio Ogoula s’arma de courage et décida de ne pas perdre pied. Pour ne pas perdre ses réflexes de journaliste, il décide le temps d’un instant d’intégrer une chaîne de radio et de télévision Port-Gentillaise répondant au nom de Top Bendjé. Quelques temps après, Yves Antonio Ogoula quitte la capitale économique gabonaise et rejoint les rangs de la radio panafricaine Africa n°1 basée elle à Libreville. Professionnel de l’information reconnu en Afrique de l’Ouest, Yves Antonio Ogoula fut ainsi depuis le Gabon, un correspondant sportif et culturel de premier choix de Radio Oméga, station de radio burkinabé.

Yves Antonio Ogoula fut aussi le correspondant de sa tendre et bien-aimée Radio Futur Média et d’autres médias sénégalais. Au Gabon outre Africa n°1 où il animait la tranche horaire de la matinale entre 5h30 et 9h30 puis à la section sport, Yves Antonio Ogoula travaillait aussi avec les médias comme Gaboneco.com et Gabonactu.com dont « Papy » était le nom de code à chaque coup de fil et dont il était l’un des correcteurs occasionnels. La radio-télévision britannique basée en Afrique BBC Afrique en avait aussi fait un de ses consultant.

 Souvenir d’un être spécial

Yves Antonio Ogoula était par-dessus tout un altruiste et un chantre de l’amour. Souriant et relâché, il n’hésitait pas à s’accommoder rapidement aux humeurs et aux habitudes de ses collaborateurs. Ancien enfant de cœur de l’église Sainte-Barbe de Port-Gentil, Yves Antonio Ogoula se plaisait à fredonner des mélodies religieuses et des vocalises. Dans son monde artistique relevant d’une utopie débordante, il se voyait artiste à la popularité importante mettant sur pied des sonorités captivantes avec des sommités musicales gabonaises à l’instar de Pierre-Claver Akendengué.

Dans son imagination à lui, il se voyait fixer le prix du billet de concert à l’insignifiante somme de 25 FCFA. Il faut dire que c’était aussi l’humour du personnage qui n’hésitait à user d’autodérision pour égayer l’atmosphère. Epris de bon sens, l’homme détestait les injustices aussi bien sociales que sociétales. Yves Antonio Ogoula était amoureux de sa langue vernaculaire et se définissait même comme un « miénologue », un néologisme personnel qu’il utilisait pour faire comprendre à qui le voulait sa maîtrise du patois maternel.

C’est ce qui lui valut d’être un orateur coutumier très prisé dans les mariages traditionnels ayant officié dans près de trois centaines. Son autre source d’inspiration fut la musique non pas seulement pour en apprécier les mélodies mais aussi pour décoder la profondeur des paroles qui relevaient, selon l’intéressé, d’un mystère caché.

 Disparition

C’est le vendredi 21 décembre 2018 que Yves Antonio Ogoula quitte le monde des vivants à l’âge de 44 ans des suites d’un Accident vasculaire cérébral (AVC). Il laisse dans la désolation une concubine et trois enfants. Affectueusement appelé Klauss, Yao, Ogoula, Mougoule ou encore Yves de Paris, l’annonce de son décès provoqua une vive émotion et un émoi au sein de la communauté journalistique gabonaise à l’instar de Gaboneco.com ou encore Gabonactu.com. Au Sénégal, plusieurs médias du pays dit de La Téranga tels que Seneweb, Sport221, « Groupe Futurs-Médias » …, saluèrent le talent indéniable du disparu et exprimèrent leurs condoléances aux proches du défunt.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article