CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Imbroglio gouvernemental

Wilson-André Ndombet scrute le limogeage de l’éphémère ministre gabonais Moubamba

Wilson-André Ndombet scrute le limogeage de l’éphémère ministre gabonais Moubamba
Wilson-André Ndombet scrute le limogeage de l’éphémère ministre gabonais Moubamba © 2017 D.R./Info241

Le limogeage hier soi du gouvernement Issozet Ngondet II de l’éphémère ministre d’Etat, Bruno Ben Moubamba, a occupé l’actualité sur la toile gabonaise et au-delà. En effet, le "louangeur providentiel’’ d’Ali Bongo a fait preuve de suicide et de naïveté politique en rentrant au gouvernement selon l’historien et politologue, Wilson-André Ndombet, professeur à l’UOB. Tout en relevant que ’’la projection de la trajectoire de BBM restitue de fond en comble une parfaite sinuosité propre à une quête de pouvoir programmée ou désirée qui se termine se finit, quelle que soit l’imposture, dans l’abîme’’.

Moov Africa

Ben Moubamba démissionné !!! « Si l’oiseau oublie le piège, le piège n’oublie pas l’oiseau ». Aux Sommets de l’État, il n’y que des intérêts intéressés au Gabon, en tout cas loin de l’intérêt général. La question n’est pas de se réjouir de la démission de Bruno Ben Moubamba. La question primordiale est d’analyser les différentes strates constitutives de sa trajectoire politique, c’est-à-dire s’interroger sur ses modalités de grève de la faim à son entrée au gouvernement ; sans oublier son interaction programmée avec la police nationale.

La projection de ladite trajectoire restitue de fond en comble une parfaite sinuosité propre à une quête de pouvoir programmée ou désirée. Point n’est besoin de revenir sur ses nombreuses déclarations et autres actes : faisant encore partie de la diaspora ; grève de la faim pour en finir avec le pouvoir Bongo, le coup d’État permanent et la fissuration de l’UPG ; la virevolte au sein de l’opposition au meme titre que d’autres (la coalition pour l’alternance avec Jean Ping) ; la participation insignifiante aux élections présidentielles du 27 août 2016 ; enfin, l’entrée au gouvernement et les conditions de son éviction brutale, etc.

Avec tout cela, on pourrait écrire tout un ouvrage sur sa prosopographie.
Sur le fond de la question : combien de réformateurs très inspirés au départ ont réussi à mener à bien leur mission au sein du gouvernement au Gabon depuis l’indépendance et principalement sous Ali Bongo ? Ceux-ci pour peu qu’ils aient existé, pouvaient-ils plus briller que le Prince et ses principaux collaborateurs ; et, â condition qu’ils aient été aussi très inspirés ? Ce qui est rare au Gabon dans la mesure où l’ambition politique y est plus synonyme de politique du ventre qu’autre chose.

En ce sens, on peut toutefois se réjouir que certains n’aient pas eu assez de temps de poursuivre leur destin pour perpétrer la privatisation des deniers publics, notamment en ces temps difficiles. Et en dépit du fait du « Mamba » jouissant de choisir ses cibles. Pour revenir sur notre sujet, en allant au gouvernement sans y avoir réfléchi préalablement et surtout sans assise Bruno Ben Moubamba s’exposait absolument à ce que son image soit écornée ou abîmée. Sauf à imaginer que celui-ci croyait fermement à un destin national ! D’ailleurs, il n’est pas le seul dans cet élan, cet état d’esprit ou d’avoir cette ambition !

Dans ces conditions, je n’ose pas croire non plus qu’il ignorait qu’aller au gouvernement en tant qu’ « opposant » l’exposait à la salissure par ses nouveaux alliés ! D’autre part, pensait-il qu’après 8 ans de mandat et d’échec de la politique de l’habitat et du logement de la supposée majorité au pouvoir, le label lui reviendrait pour l’avoir réussie ? Pour ma part, Ben Moubamba, à fait preuve de naïveté et, pour peu qu’il s’imaginait un destin politique.

Ainsi, pour avoir avalé cette grosse couleuvre, hier, il vient de se tuer à jamais politiquement. Je dirais même de se rayer à jamais sur l’échiquier politique national du Gabon. Cependant, tout rêve à ce qui s’improvise en politique est permis. Mais il finit, quelle que soit l’imposture, dans l’abîme.

Le Conseiller
Wilson-André Ndombet
Docteur en Histoire des Civilisations
Docteur en sciences politiques.
Professeur Titulaire des Universités.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article