Avis de recherche

La police gabonaise recherche activement deux individus soupçonnés de meurtre à Malibé

La police gabonaise recherche activement deux individus soupçonnés de meurtre à Malibé
La police gabonaise recherche activement deux individus soupçonnés de meurtre à Malibé © 2022 D.R./Info241

La Préfecture de police de Libreville a lancé ce jeudi, un appel à la population pour l’aider à mettre hors d’état de nuire deux individus recherchés pour meurtre et blessures volontaires avec arme à feu. Il s’agirait d’un homme, la soixantaine d’années révolue et d’une femme qui elle, est poursuivie pour non dénonciation de crime.

Info241 sur Whatsapp

Selon plusieurs indiscrétions, les personnes recherchées le sont pour des faits commis dans la journée ce mercredi 25 mai au quartier Malibé à Libreville. La police n’a pour l’heure que les visages des deux personnes recherchées et pas encore leur identité. Deux Librevillois activement recherchées par les services de police de la capitale gabonaise. L’homme accompagnée de sa femme aurait tiré sur un fils et sa mère. Le fils n’aurait pas survécu et la mère s’en est sortie avec des blessures graves.

L’avis de recherche de la police

Dans son avis de recherche, la préfecture de police précise : « Pour les nécessités d’enquête, les forces de police nationale recherchent activement les deux personnes dont les photos apparaissent ci-dessous ». Les services de police de Libreville demandent l’aide des riverains afin d’obtenir toute information sur ces deux individus. L’homme suspecté d’homicide, a pris la fuite depuis mercredi accompagnée de sa complice.

D’où l’appel lancé par la préfecture à « toute personne pouvant les identifier ou donner des indications afin de les localiser, est priée de contacter les services de police » par téléphone au 074 18 12 12/177/1720 et via Whatsapp au 065 81 81 81.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article