L'info en bref...

Omicron : les dirigeants d’Afrique australe dénoncent des décisions « injustifiées et scientifiquement infondées »

Omicron : les dirigeants d’Afrique australe dénoncent des décisions « injustifiées et scientifiquement infondées »
Omicron : les dirigeants d’Afrique australe dénoncent des décisions « injustifiées et scientifiquement infondées » © 2021 D.R./Info241

Info241 sur Whatsapp

Les dirigeants d’Afrique australe ont exprimé leur mécontentement face aux décisions prises par plusieurs pays d’interdire les voyages en provenance d’une demi-douzaine d’États membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA), suite à la détection du nouveau variant Omicron du coronavirus.

« Les interdictions unilatérales de voyager imposées aux pays de la CDAA par le Royaume-Uni, l’Union européenne, les États-Unis et d’autres pays sont injustifiées. Les mesures relatives à la Covid-19 doivent être fondées sur la science, et non sur les sentiments anti-africains », a déclaré, dimanche en fin de journée, Lazarus Chakwera, président du Malawi, qui est aussi actuellement président de la CDAA.

Lors de son intervention, lundi, au Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) à Dakar, au Sénégal, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a critiqué les pays qui ont imposé des « restrictions injustes » en matière de voyage. « Nous devons résister aux restrictions de voyage injustifiées et scientifiquement infondées qui ne font que désavantager les économies en développement », a déclaré Ramaphosa.

Des scientifiques sud-africains ont annoncé, la semaine dernière, la découverte d’une nouvelle variante de la Covid-19 comportant un grand nombre de mutations par rapport aux variantes précédentes et l’ont signalée à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui l’a baptisée Omicron.

*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève