Drogue

Bitam : Une équato-guinéenne de 58 ans se remplissait les poches avec son champ de cannabis

Bitam : Une équato-guinéenne de 58 ans se remplissait les poches avec son champ de cannabis
Bitam : Une équato-guinéenne de 58 ans se remplissait les poches avec son champ de cannabis © 2022 D.R./Info241

Gros coup de filet pour l’antenne de Bitam de l’Office central de lutte anti-drogue (OCLAD) du Gabon. Les policiers ont en effet mis la main la semaine dernière sur une vaste plantation de cannabis tenue par une équato-guinéenne. Les plantes illicites étaient ensuite écoulées dans un circuit international qui partait de la position stratégique de la ville de Bitam, à la lisière du Cameroun et de la Guinée équatoriale.

Info241 sur Whatsapp

Denise Medza Ndoumou aura tout le temps de penser aux conséquences judiciaires de ses actes dans sa participation à un vaste réseau de culture et de distribution de drogue à l’échelle au moins sous-régionale. L’équato-guinéenne de 58 ans a en effet été prise la main dans le sac par les agents anti-drogue de l’OCLAD dans le village Mbô-Fong, près de la ville de Bitam.

Une des précieuses preuves recueillies par la police

Selon plusieurs sources policières, Denise Medza Ndoumou a avoué faire la culture des plantes de cannabis au nez et à la barbe des autorités. Elle détenait en effet une vaste étendue de terre pour faire fructifier son juteux business illicite. Une plantation de drogue qui permettait d’alimenter un circuit de distribution nationale mais aussi internationale.

Au total, les enquêteurs ont emporté sur le champ de la planteuse professionnelle 88 bottes de cannabis. Une cargaison qui a aussitôt été détruite par les agents de police. A la suite de quoi Denise Medza Ndoumou a été présentée dans la foulée devant le procureur d’Oyem qui a prononcé son placement en détention à la prison centrale de la localité.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article