Malversations financières

Allogho Akoué prend 7 ans de prison ferme pour avoir dérobé près de 11 milliards à la CNAMGS

Allogho Akoué prend 7 ans de prison ferme pour avoir dérobé près de 11 milliards à la CNAMGS
Allogho Akoué prend 7 ans de prison ferme pour avoir dérobé près de 11 milliards à la CNAMGS © 2022 D.R./Info241

C’est la sentence rendue ce vendredi par la cour criminelle spécialisée de Libreville dans l’affaire opposant l’ancien directeur général de la CNAMGS, Renaud Allogho Akoué (44 ans), à l’Etat gabonais. L’ancien haut cadre de la caisse d’assurance maladie publique a finalement écopé de 8 ans de prison dont 1 avec sursis assortie d’une amende de 4 milliards à verser à l’Agence judiciaire de l’Etat (AJE) en guise de dommages et intérêts à ce père de 9 enfants.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Plus docile avec le palais présidentiel, Renaud Allogho Akoué assuré d’avoir une peine clémente

Renaud Allogho Akoué s’en sort plutôt bien dans ce procès à charge qui aura duré 3 jours. L’ancien responsable public de la CNAMGS a été reconnu coupable de détournement de fonds publics, concussion et blanchiment de capitaux pour un montant global de 10,675 milliards. Des crimes financiers pour lesquels il a écopé en répression que 7 ans de prison ferme contre les 12 requis par le procureur général.

Le haut cadre public lors de son procès devant la cour d’appel de Libreville siégeant en session criminelle spéciale

Il s’en sort également bien pour ce qui est de l’amende de 10,675 milliards que réclamaient l’AJE qui s’était constituée partie civile comme pour les autres procès des détenus de l’opération mains propres baptisée « scorpion », proches de l’ancien directeur de cabinet présidentiel. Au lieu de la somme exigée, Renaud Allogho Akoué ne versera finalement que 4 milliards en guise de dommages et intérêts à l’Etat gabonais qu’il aura floué entre octobre 2017 et novembre 2019.

Selon l’accusation, Renaud Allogho Akoué avait mis en place dès son arrivée à la tête de la CNAMGS, un mécanisme de sortie injustifiée d’argent des caisses et autres comptes de cette structure de service public sous les rubriques des frais de missions, de dons et même des filets sociaux au profit d’associations et divers organismes dépourvus de personnalité juridique, ainsi que d’importantes malversations financières. Il s’est octroyé des missions à l’intérieur du pays et hors du Gabon, pour lesquelles il était initiateur, ordonnateur, bénéficiaire et signataire.

Il faut dire que ce verdict a tout de même surpris les proches de l’ancien DG qui s’attendait à son acquittement à défaut de voir sa peine réduite à la durée de détention préventive au pénitencier de la capitale gabonaise. La cour qui lui a accordé de larges circonstances atténuantes qu’elle n’avait pas reconnu aux anciens Ajeviens. Elle n’a pas cependant préféré voir l’accusé de regagner son domicile. S’il ne fait pas appel de cette décision, il devrait recouvrer la liberté d’ici au 27 novembre 2026 soit dans 4 ans !

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article