19:44

Insécurité

L’armée gabonaise a démoli le « bunker » si redouté de l’Université Omar Bongo


Société
  • Un engin du génie militaire détruisant le bâtiment vétuste de l’UOB © 2019 D.R./Info241
Publié le 28 octobre 2019 à 08h56min

Promis par le Premier ministre gabonais une semaine auparavant, l’armée gabonaise est intervenue ce samedi à l’Université Omar Bongo (UOB) pour détruire le « bunker », un lieu de de non-droit et d’insécurité au sein du campus. Avec cette démolition, les autorités gabonaises espèrent avoir mis fin au règne de l’insécurité et des trafics en tout genre qui avaient légions dans cette première université du Gabon. A la place, un nouveau bâtiment devrait sortir de terre, a promis le Premier ministre.

Lire aussi >>> Nkoghe Bekale veut faire du bunker de l’UOB un « espace de détente » pour étudiants

Sitôt rentré de Russie, Julien Nkoghe Bekale a assisté samedi à la destruction promise du « bunker » de l’UOB. Aux cotés du ministre de l’Enseignement supérieur et de celle de la Défense nationale, le Premier ministre est venu voir de ses yeux la destruction de ce bâtiment censé abriter les services de la bibliothèque de cet établissement. Abandonné avant la fin des travaux prévus par les gouvernements successifs, il était devenu vétuste et un repaire de brigands.

Le Premier ministre visitant le « bunker », le 14 octobre

Après cette démolition opérée par les hommes du génie militaire et leurs engins, le gouvernement gabonais prévoit ériger à la place une Maison des étudiants et des bureaux pour les enseignants. Une promesse que le monde universitaire attend désormais de pied ferme la matérialisation. Ce, alors qu’aucun chronogramme d’exécution des travaux n’a été avancée pour ce futur édifice. Rappelons que c’est du fait de promesses non-tenues que le bunker a pris place au sein de ce campus universitaire, le plus grand du pays.

Si détruire à l’aide d’engins du génie militaire peut être chose aisée, bâtir a toujours été l’épine dorsale des gouvernements gabonais qui ont multiplié dans le pays des éléphants blancs, du nom de ces nombreux projets annoncés et même souvent amorcés, mais qui ne connaissent jamais leur épilogue. Le bunker n’est plus, place désormais à la construction d’un nouvelle bâtisse qui viendra faire oublier son souvenir et le terreau de consommation de drogues et autres substances illicites qu’était devenu ce lieu au nez et à la barbe des autorités.

Affaire à suivre...


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile