Répression judiciaire

Un leader de la société civile gabonaise de nouveau empêché de quitter le pays

Un leader de la société civile gabonaise de nouveau empêché de quitter le pays
Georges Mpaga refoulé à l’aéroport de Libreville par la police des airs © 2020 D.R./Info241

Alors que l’audience vendredi contre le fils d’Ali Bongo, Noureddin Bongo Valentin, classée sans suite par le parquet de Libreville aurait dû mettre fin à l’interdiction collective prise le 15 janvier contre quatre leaders de la société de quitter le territoire, il n’en toujours rien. Le président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), Georges Mpaga, a été empêché dimanche après-midi de quitter le Gabon pour l’Afrique du Sud.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Marcel Libama interdit de quitter le Gabon après une plainte contre le fils d’Ali Bongo

S’étant rendu à l’aéroport de Libreville, Georges Mpaga devait prendre part ce lundi à une conférence sur les droits de l’homme en Afrique du sud. Qualifiant cette énième interdiction d’illégale car prise en représailles à son « engagement contre la corruption politique au Gabon », Georges Mpaga a promis une « guerre asymétrique » contre le régime cinquantenaire Bongo notamment incarné ces derniers mois par Noureddin Bongo Valentin, bombardé coordinateur des Affaires présidentielles en décembre dernier.

Lire aussi >>> A peine nommé, Noureddin Bongo déjà rattrapé par trois plaintes pour corruption

« Face à ce que je considère comme une atteinte à mes droits fondamentaux et une volonté manifeste d’entraver le travail de la Société civile Gabonaise contre la corruption politique endémique au Gabon, mes amis et moi même, au Gabon et à l’international, nous allons riposter sur plusieurs axes », a-t-il déclaré en colère sur son compte Facebook.

Avant d’annoncer : « Nous ne céderons à aucune intimidation venant des gens qui ont pillé ce pays et qui veulent imposer l’omerta à la société civile dans sa volonté à combattre la corruption au Gabon ». Et de conclure : « Le combat de la Société civile n’est dirigé contre personne, mais uniquement contre le système de corruption établi au Gabon ». Georges Mpaga a dit saisir plusieurs instances internationales dont l’ITIE pour faire cesser ces intimidations du pouvoir gabonais.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article