Défaut de budget

L’armée gabonaise a oublié de former 270 jeunes recrus depuis 2015 faute de budget !

L’armée gabonaise a oublié de former 270 jeunes recrus depuis 2015 faute de budget !
Quelques uns de ces recrus devant l’état-major de l’armée à Libreville © 2021 D.R./Info241

Quand un recrutement officiel vire au cauchemar. Le Gabon est décidemment un pays atypique. L’état-major de l’armée de terre peine à envoyer en formation depuis 2015 près de 270 nouvelles recrues. Une situation inconfortable qui perdure depuis 6 ans faute de budget, sans qu’aucune solution ne soit trouvée pour ces jeunes qui n’ont que trop attendu. Ces lésés de l’armée ont notamment fait cette semaine le pied de grue devant leur état-major situé au quartier Baraka de Libreville pour s’enquérir de ce retard à l’allumage qui devient lunaire.

Info241 sur Whatsapp

Que se passe-t-il au sommet de l’armée de terre gabonaise pour qu’elle oublie de former des recrus depuis 2015. Une situation inconvenante qui montre l’impasse et la profonde crise de gestion qui secoue les hommes en armes de notre pays. Ce contingent composé de 270 nouvelles recrus attend que l’Etat trouve les fonds nécessaires à leur envoi en formation à Mouila, dans la province de Ngounié.

« Nous avons décidé d’aller demander ce qui se passe car nous sommes détenteurs et détentrices des postes budgétaires, nous avions été recensés militaires. Toutes les démarches qu’il fallait faire ont été faites. Quand nous nous sommes rapprochés de l’état-major de l’armée de terre pour demander à quel niveau se trouvait le problème, ils nous ont posé un problème d’absence de budget », a indiqué une recrue désabusée.

Depuis 2015, la hiérarchie militaire continue de jouer la montre. En avril dernier, ils avaient été convoqués à leur état-major pour leur signifier que "quel que soit la durée de la nuit, le jour finira par se lever. Soyez prêts pour votre départ. Mais avant de partir en formation, vous devez refaire les enquêtes de moralité au B2", a ajouté notre source interne. Quatre mois plus tard, c’est à nouveau le silence radio.

Les regards sont désormais tournés vers Ali Bongo, chef suprême d’une armée dont la gestion est tout sauf orthodoxe. Car comment comprendre qu’après avoir organisé un recrutement en remplacement numérique des effectifs sans avoir les moyens de la formation ? Tout comme la durée de 6 ans qui sépare leur incorporation avec poste budgétaire et matricule militaire sans que la question de la formation ne soit jamais posée et effective ?

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article