CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Trafic

Des trafiquants de crânes humains dans les mailles de la gendarmerie de Koulamoutou

Des trafiquants de crânes humains dans les mailles de la gendarmerie de Koulamoutou
Des trafiquants de crânes humains dans les mailles de la gendarmerie de Koulamoutou © 2014 D.R./Info241

Deux présumés trafiquants de crânes humains, Isidore Diongui, 37 ans, chauffeur à la direction provinciale des Eaux et forêts de Koula-Moutou, le chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo (sud-est du Gabon) et Ange Ndama, cadet d’une personnalité du pays, sont actuellement devant la section recherche de la gendarmerie de la localité.

Moov Africa

Le premier cité avait été pris en flagrant délit de possession de crânes humains. Il avait cité le second comme destinataire final des boîtes osseuses. Ils avaient été interpellés avant d’être relaxés. La section recherche qui veut aller au bout de cette affaire, a jugé utile de les convoquer ce matin.

Ange Ndama et son supposé lampiste subissent actuellement un interrogatoire dans les locaux de la section recherche de gendarmerie de Koula-Moutou. Selon une source sûre, des pressions multiformes sont exercées sur les enquêteurs pour qu’ils libèrent les mis en cause.

L’agent des Eaux et forêts avait été surpris par une personne de bonne foi, au moment où il achevait la profanation d’une tombe, à Ménage, un quartier populaire du 2e arrondissement de Koula-Moutou. C’est donc cette personne qui a alerté le voisinage avant que celui-ci ne se mette à ses trousses.

D’après une source proche du dossier, depuis lors, les parents des tombes profanées dans la localité ont recours à un ordre de poursuites mystiques. Les auteurs ont toujours été rattrapés par un sortilège. C’est ainsi qu’ils meurent grabataires, après avoir vivoté avec des maladies incurables. La particularité dans la pratique, a-t-on appris, est qu’avant la mort des victimes, au plus fort de leur souffrance, elles passent aux aveux.

Il y a deux ans, à Ndanda, un regroupement de villages situé au PK9 sur la route de Mouila Pouvi, un autre jeune homme, plus connu sous le pseudonyme de Moukeke, sur l’emprise du mystérieux sortilège, avait cité le nom de la même personne. Après avoir clamé son appartenance au réseau que chapeauterait Anges Ndama, en contre partie des espèces sonnantes et trébuchantes.

Source : Jonas Moulenda

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article