10:09

Justice

Moukagni Iwangou sauvé de la radiation de son parti par la justice gabonaise


Politique
  • Jean de Dieu Moukagni Iwangou était opposé dans cette affaire à Elza-Ritchuelle Boukandou (droite) © 2018 D.R./Info241
Publié le 30 mai 2018 à 17h31min

Jean de Dieu Moukagni Iwangou est sauvé de l’embarras de démissionner de la présidence de l’Union et solidarité. Après deux précédentes audiences, la justice gabonaise a tranché en sa faveur. Alors que le tribunal de Libreville ne devait se prononcer sur sa compétence face à la requête introduite par Elza-Ritchuelle Boukandou, présidente du mouvement des jeunes de ce parti d’opposition, le juge des référés s’est finalement prononcé sur la forme et le fond de l’affaire. Une décision judiciaire qui n’est pas prête de ramener la sérénité dans les rangs de l’US qui enregistre déjà la démission d’Elza-Ritchuelle Boukandou !

Jean de Dieu Moukagni Iwangou restera président l’US. C’est le sens de la décision de justice rendue publique ce 30 mai. Accusé de n’avoir pas respecté les statuts de son parti lors de son entrée au gouvernement d’Ali Bongo qu’il combattait jusque-là, la justice gabonaise a tranché en faveur de l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur.

Lire aussi >>> Radiation de Moukagni de l’US : le tribunal se prononcera le 30 mai !

Pour Charles-Henri Gey, avocat de la plaignante, « le juge a déclaré notre requête irrecevable, c’est une décision qui est curieuse car le juge a statué extra petita. C’est-à-dire qu’il s’est prononcé au-delà de ce qu’on lui a demandé ». Avant de dénoncer estomaqué « Personne n’a soulevé l’irrecevabilité, elle devait juste statuer sur l’incompétence ».

Le premier procès de cette assignation prévue pour le 18 mai avait d’abord été reporté au 22 mai à la demande des avocats du mis en cause. L’audience de mercredi dernier avait lui pourtant porté sur la compétence du tribunal à instruire l’affaire. Il semblerait donc que le tribunal de Libreville ait été expédictive dans cette affaire en se prononçant donc également sur le fond de l’affaire.

Une décision que n’a pas attendu la plaignante Elza-Ritchuelle Boukandou pour claquer la porte de ce parti d’opposition. Dans un courrier de démission adressé aujourd’hui au secrétaire général du parti, la jeune Boukandou dénonce « la supercherie mise en œuvre pour légitimer son forfait par le bureau exécutif au mépris des militants ». Avant de marteler « d’une part nous professons certains principes...d’autre part nous pratiquons pitoyablement l’anti-thèse de ces principes ». Voilà qui est dit !


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile