17:11

Success story

Ali Bongo livre déjà les recettes de son pouvoir à son fils Noureddine !


Analyse
  • La complicité entre les deux hommes, relevée par Sylvia Bongo © 2018 D.R./Info241
Publié le 24 mai 2018 à 13h08min

La course à la succession d’Ali Bongo n’est certes pas encore ouverte mais tout y parait. Comme ce cliché posté hier soir par l’épouse d’Ali Bongo, Sylvia, pour évoquer la complicité familiale entre son fils, Noureddine (25 ans), et Ali Bongo le père. Une image qui aurait bien pu paraître banale, si les tenants de la famille Bongo n’étaient pas aux commandes du pays de père en fils. Et ce, depuis plus de cinquante ans !

Les Bongo sont une famille heureuse où décidément règne la cohésion familiale de ses membres. C’est ce que suggère un post de la Première dame du président controversé du Gabon, Sylvia Bongo, publié hier soir sur sa page Facebook. Le fils prodige âgé seulement de 25 ans est présenté par les mauvaises langues, comme le digne successeur probable d’Ali Bongo. Noureddine Edouard Bongo-Valentin serait bel et bien déjà à l’école de son père confie Sylvia à l’écoute de son père et de ses conseils.

Lire aussi >>> Ali Bongo préparerait-il déjà Noureddine à prendre sa succession ?

La Première dame du Gabon précise : « Le père parle, explique, conseille. Le fils est attentif à ses paroles, à ses gestes… ». Aux fanatiques de Sylvia d’imaginer la conversation entre les deux hommes dans l’une de leurs nombreuses villas huppées de la capitale gabonaise. Sylvia Bongo va jusqu’à préjuger de la mission attentive de ce fils qui écoute son père : « Préserver intacts ces moments, les ancrer en soi, les garder précieusement pour se construire ».

Le moment de joie de Sylvia Bongo

Noureddine serait donc à l’école de son père dictateur assermenté où il est appelé à se « construire » grâce à ses conseils et aux bons moments qu’ils passent ensemble. Une photo qui ne manquera pas de faire réagir à la fois dans la majorité présidentielle où l’on assiste depuis 1964 au passage de témoin à la tête de l’Etat qu’entre les descendants d’Omar Bongo mort au pouvoir en juin 2009.

Noureddine, proche de Laccruche Alihanga est déjà présenté comme le véritable directeur de cabinet d’Ali Bongo, serait donc le parfait candidat pour poursuivre l’œuvre de la famille présidentielle éternelle qui est celle de régner d’une main de fer sur ce pays pétrolier d’Afrique avec des fortunes électorales diverses à la soviétique. Un pied de nez à Malika Bongo, aînée d’Ali Bongo qui pourrait pour Pascaline Mférri Bongo, se faire griller la politesse pour une course à la succession qui ne joue que dans le giron famille Bongo.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile