CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 389
Nombre de décès depuis mars 2020 183 +5

Situation vaccinale

Première dose 100 884
Seconde dose 76 508

% de la population

4,86%
3,68%

Situation globale

1 607 +517 76 508 29 515 +289
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Actes anti-démocratiques

Violences politiques à Okondja : les hooligans d’Ali Bongo accusés d’être à la manœuvre

Violences politiques à Okondja : les hooligans d’Ali Bongo accusés d’être à la manœuvre
Un pont bloqué et la résidence d’un opposant en feu à Okondja entre dimanche et lundi © 2021 D.R./Info241

Il ne fait visiblement pas bon d’être opposant à Ali Bongo dans le Haut-Ogooué. C’est à cette dure réalité qu’ont été heurtés ces derniers jours Alexandre Barro Chambrier, sa délégation du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM, opposition radicale) et Jean-Pierre Lemboumba Lepandou pourtant en exil en France. Entre boycott et incendie de maisons, la tournée politique du leader du RPM a été particulièrement mouvementée à Okondja. A la manœuvre, des hooligans et soutiens d’Ali Bongo voulant s’attirer par la pire des manières ses bonnes grâces.

Moov Africa

Lire aussi >>> Après le Woleu-Ntem, Barro Chambrier et le RPM à la conquête du Haut-Ogooué

Alexandre Barro Chambrier se souviendra longtemps de son séjour altogovéen. Entre les peaux de bananes glissées contre lui depuis l’entame jeudi, de sa tournée dans cette province, les manigances politiciennes et antidémocratiques attribuées aux proches d’Ali Bongo ont connu dimanche et lundi leur paroxysme avec l’immixtion de jeunes vêtus de tee-shirts à l’effigie de l’actuel locataire du palais présidentiel à la fin d’un meeting. Leur mission : bloquer et saborder la visite de la délégation du RPM dans la localité.

Un acte qui a produit plutôt l’effet contraire puisque c’est finalement une marche improvisée de soutien à Alexandre Barro Chambrier qui sera organisée en représailles à l’acte anti-démocratique et anti-républicain de ces jeunes hooligans du pouvoir gabonais. Outre ce méprise, certains de ses hooligans ont trouvé ingénieux d’abandonner un véhicule de type Canter sur le pont du ruisseau Louri, à près de 2 km de Moyol, pour bloquer définitivement la progression de cette tournée provinciale des opposants à Ali Bongo.

Le véhicule abandonné et accidenté volontairement par les hooligans d’Ali Bongo à la sortie de ville

Des agissements attribués d’abord à l’homme fort de la localité et cadre du PDG : Mathias Otounga Ossibadjouo. Celui-ci a tenu hier soir à apporter un vif démenti à son implication. « Je condamne avec la plus grande fermeté cet écart de conduite de ces jeunes. Cette violence ne grandit nullement notre jeune démocratie et met en péril notre vivre-ensemble », a-t-il indiqué sur Facebook en guise de clarification. Et de conclure : « La visite d’un quelconque leader d’un Parti reconnu à Okondja est un acte Républicain. A fortiori, ceci ne nécessite aucune effusion de violence ».

Des violences politiques qui se sont pourtant poursuivies ce lundi par l’incendie de plusieurs maisons à la résidence de Jean-Pierre Lemboumba Lepandou, ancien dignitaire du pouvoir gabonais aujourd’hui en exil en France. Accusé d’être le soutien notamment du rival d’Ali Bongo, Jean Ping, et de la délégation du RPM, son domicile où heureusement personne ne résidait, a soudainement pris feu près de l’aéroport de cette localité.

Un incendie clairement volontaire dont on pourrait ne jamais connaitre les instigateurs encore moins situer les responsabilités. Des violences politiques qui montrent le peu de considération qu’ont certains jeunes et acteurs politiques Altogovéens du pluralisme politique. Ce, principalement parmi les fiers soutiens d’Ali Bongo dans cette province. Le Haut-Ogooué étant considérée à tort ou à raison comme le bastion de la famille Bongo, au pouvoir au Gabon depuis 1964.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article