Cambriolage

Pour avoir dérobé 191 millions au maire de Port-Gentil, 4 cambrioleurs écopent de 10 ans de prison

Pour avoir dérobé 191 millions au maire de Port-Gentil, 4 cambrioleurs écopent de 10 ans de prison
Pour avoir dérobé 191 millions au maire de Port-Gentil, 4 cambrioleurs écopent de 10 ans de prison © 2022 D.R./Info241

La cour criminelle de Port-Gentil a rendu mercredi son verdict dans une sombre affaire de vol impliquant 7 personnes. Elles auraient dérobé la bagatelle somme de 191 millions que cachait le maire de Port-Gentil dans sa résidence. Des 7 auteurs, seuls 4 d’entre eux ont comparu devant la cour. Ils ont été condamnés à 10 ans de prison dont 5 avec sursis. Les 3 autres cambrioleurs, des sujets camerounais, sont introuvables à ce jour après avoir regagné leur pays.

Info241 sur Whatsapp

Les faits remontent au 5 juin 2020. Ce jour-là, Fandril Amiagano Adoumaga en sa qualité de majordome de Gabriel Tchango, l’édile de la capitale économique gabonaise, après avoir vu des liasses d’argent dans le bureau de son patron, aura l’idée de soustraire les précieux billets de banque. En homme de peu de foi, il est allé comploter avec ses amis en tête desquels Tchikessi Élias (cuisinier) et Dieudonné Eyembo Tezimoahangoe (policier municipal détaché aux services du maire).

L’organisation du braquage

Ayant eu peur de perdre son bout de pain, le cuisinier a décliné l’offre. C’est ainsi que rentre en jeu Maduabuchi Echeberi, un ressortissant nigérian par ailleurs sans papier. Afin de mieux étoffer son organisation criminelle, Eddy Célestin Mihindou Pambou (militaire), a été invité au festin par le majordome du maire. Ainsi, toute l’équipe réunie, trois semaines auraient suffi pour tout mettre en place. Un mois plus tard, donc le 5 juillet 2020, Gabriel Tchango se rendant à son village en week-end privé, les bandits en ont profité pour passer à l’acte.

Les 4 mis en cause

Tous vêtus d’uniformes militaires au volant des deux véhicules qu’ils avaient au préalable loué, ils ont été conduits par le cuisinier ainsi que le garde-corps de « Gabi » ainsi que trois ressortissants camerounais. Sur place, ils prétexteront avoir été envoyés par le maire en mission secrète. Ce qui leur a donné le billet aller-retour. En clé 14, ils ont saisi d’un coup le gardien ainsi que sa femme, les bâillonnant à l’aide d’un ruban adhésif. Voyant que tout était à portée de main, ils ont défoncé la fenêtre du bureau avant d’emporter avec eux plusieurs millions et prendre la fuite.

La fuite, le partage du butin

C’est à la hauteur du quartier Banco, situé dans le 3e arrondissement de Port-Gentil, que les criminels se sont retrouvés pour se partager le gâteau. Avisé de ce que son père venait d’être victime d’un vol en bande organisée, Marc Tchango N’na Nguéma dressa une plainte indiquant avoir perdu un montant de 191 millions. Une somme qui appartiendrait selon lui, à la holding familiale qu’avait déposé la directrice financière avant le départ de son tuteur.

Après plusieurs jours de recherches, les personnes précitées furent arrêtées avant de reconnaître les faits reprochés. Présentés devant la cour criminelle ce 29 juin, Fandril Amiagano et Maduabuchi Echeberi sont restés constants dans leur aveux alors que Dieudonné Eyembo qui s’est retiré à la seconde près du braquage, reconnaissait entre-temps avoir reçu 250 000 FCFA du majordome pour boire une bière. C’est parce que les faits ne souffrent d’aucune contestation que le ministère public a requis leur culpabilité ainsi que leur condamnation à 15 ans de prison ferme.

L’audience

C’est aussi parce que la somme volée n’était pas quantifiée que Me Lin-Joël Ngandu a plaidé l’acquittement des prévenus. Par contre, Me Eli Missou représentant la partie civile, a sollicité en guise de dommages et intérêts, le payement des 191 millions. Malheureusement, c’est rien que 50 millions qui ont été consentis par la cour pour le préjudice. En somme, ils ont tous été reconnus coupables et condamnés à 10 ans de prison dont 5 ans assortis du sursis et à solder solidairement ledit montant.

Une vue de la cour

Sauf que, dans toute cette affaire, seulement 51 990 000 FCFA ont été restitués à la holding de l’empire Tchango. Chemin faisant, est-ce que les trois camerounais qui auraient été interpellés par les forces de l’ordre auraient proposé une force somme d’argent aux agents pour pouvoir sortir du territoire national en plein période de Covid-19 où les restrictions gouvernementales étaient très suivies et se retrouver à Douala au Cameroun ? Si tel est le cas, où est l’argent ? Mais pourquoi n’ont-ils pas été cités dans l’affaire ?

Des questions sans réponse

Comment comprendre qu’on puisse garder autant d’argent dans sa maison ? Pourquoi la directrice financière n’a t’elle pas fourni à la cour l’audit complet après le braquage pour justifier clairement que c’est bel et bien le montant volé ? Pourquoi le pliant ne s’est-il pas présenté à la barre pour apporter plus d’informations dans cette affaire trouble ? Autant d’interrogations qui laisse penser qu’il y aurait probablement eu un arrangement.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article