Violence scolaire

Port-Gentil : Un élève poignarde aux ciseaux son ami à cause d’une blague sur son visage

Port-Gentil : Un élève poignarde aux ciseaux son ami à cause d’une blague sur son visage
Port-Gentil : Un élève poignarde aux ciseaux son ami à cause d’une blague sur son visage © 2021 D.R./Info241

C’est la tristesse, la consternation et l’émoi qui ont envahi hier, le lycée et collège Raponda Walker de Port-Gentil, situé dans le troisième arrondissement de la capitale économique gabonaise. Charles Williams Ogombé, un gabonais âgé de 17 ans en classe de 3e, a gravement poignardé son collègue de classe à l’aide d’une paire de ciseaux. Une agression à l’arme blanche sur le flanc gauche, non loin du cœur.

Moov Africa

Selon une proche du dossier, tout serait parti d’une simple blague à la fin du cours de mathématiques, intitulé F3. C’est un jeu où une personne anonyme écrit sur un bout de papier des mots à l’endroit de quelqu’un de la classe. Des mots parfois plaisant et d’autres pas qu’un autre élève doit lire devant le tableau à haute voix. Sommés de ramasser tous les papiers se trouvant par terre. Ils se sont hâtés d’appliquer les recommandations de leur enseignant.

Une mauvaise blague

Sauf que, sur un des bouts de papier, était inscrit au stylo à bille noire « il a le visage comme un babouin ». C’est évidemment à cet instant que celui qui s’est senti concerné, s’est emparé d’une paire de ciseaux. Et dans une colère noire, il l’a volontairement enfoncé au niveau du flanc gauche de son ami d’école, Jean-Claude Ngoma âgé de 15 ans. Une situation qui a créé la panique générale dans la salle de classe et partant dans tout le lycée où les cours ont été interrompu durant plusieurs heures.

Une autre vue du lieu de l’incident

Affaibli par le sang qui ne cessait de gicler d’un peu partout, la victime a été très vite conduit dans le service de santé du lycée pour subir les premiers soins. Puis, il a été transféré vers l’ancien hôpital où il a été hospitalisé. « Je ne pense pas que ce message lui était directement adressé. Mais c’était une blague qui a mal tourné. Parallèlement nous avons alertés les autorités dont la police judiciaire et le tribunal des mineurs. Ils sont venus pour s’enquérir de la situation. L’agresseur est actuellement à la PJ », a déclaré à Info241 Nazaire Ondzaga Essoba, censeur pédagogique du second cycle au lycée Raponda Walker.

Trois élèves interpellés

Pour le moment, selon une source, trois apprenants ont été interpellés pour nécessités d’enquêtes. Ils seraient dans les locaux pour des auditions. Un fait-divers qui vient une nouvelle fois nous démontrer que le phénomène de violences en milieu scolaire a pris des proportions inquiétantes dans le pays. L’heure est à la prise de décisions concrètes visant à éradiquer cet ennemi invisible qui gangrène le secteur éducatif gabonais. Et le cas de cet établissement scolaire n’est le seul. Une situation qui prouve à suffisance que les méthodes de fouilles de cartables, est loin d’être une méthode salvatrice à ce fléau.

« Elle ne s’avère pas efficace un moment donné. Car les élèves qui viennent en retard, je le reconnais, ils ne sont pas fouillés comme c’est le cas de ceux venus à 7h. Nous sensibilisons également les élèves tout en attirant leur attention sur les sanctions qu’ils encourent en cas de délit grave », conclut le censeur pédagogique. Ceci étant, avant la fin de cette semaine, un conseil de discipline se tiendra dans les plus brefs délais afin de statuer sur leur sort.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article