Promesse présidentielle

Le Gabon offrira la gratuité d’accouchement qu’aux mères ayant 18 ans révolus

Le Gabon offrira la gratuité d’accouchement qu’aux mères ayant 18 ans révolus
Le Gabon offrira la gratuité d’accouchement qu’aux mères ayant 18 ans révolus © 2018 D.R./Info241

Attendue depuis le début de l’année, c’est finalement hier que la ministre gabonaise de la Santé a annoncé l’effectivité de la prise en charge des frais liés aux accouchements. Cerise sur le gâteau, la mesure tant attendue ne concernera que les femmes majeures. Une mesure qui écarte de la gratuité les grossesses précoces des jeunes filles-mères de moins de 18 ans.

Moov Africa

Depuis ce 21 mars, le gouvernement gabonais a enfin décidé d’appliquer l’une des nombreuses mesures d’urgence promise par Ali Bongo pour "améliorer sans délai le quotidien des gabonais". Parmi elles, la gratuité des accouchements pour les femmes dans les structures sanitaires du pays. Une mesure qui ne concernera donc que les futures mères âgées d’au moins 18 ans.

Selon la note d’information publiée par Denise Mekam’ne Edzidzie, la gratuité prise en charge par l’Etat, aura aussi d’autres restrictions. Elle est réservée à l’accouchement par voie basse et par césarienne, aux frais liés à l’hospitalisation, à la garde en observation, aux soins post-partums de la mère, aux soins néo-nataux, aux médicaments et au transport médicalisé.

La note d’information du ministre de la Santé

La Caisse nationale d’assurance maladie (CNAMGS) qui assurera pour le compte de l’Etat cette gratuité des soins, aurait déjà distribué aux structures publiques le matériel constitué pour l’essentiel de kits d’accouchements et des kits de césariennes pour prendre en charge les femmes enceintes. Tout sera ainsi mis en œuvre pour écourter le séjour des patientes, averti Dr. Sima Olé, chef de service de la maternité au Centre hospitalier d’Owendo.

« Dans ce centre, nous faisons beaucoup d’efforts, nous appliquons ce qu’on appelle à l’international, la sortie. Cela veut qu’une femme qui accouche normalement sort au bout de 24 heures. Et celle victime de césarienne fait à peu près trois jours d’hospitalisation. Cela grâce aux protocoles utilisés et au soutien de la CNAMGS », a-t-il déclaré.

La gratuité de cette prise en charge exclu de facto les nombreuses jeunes filles-mères. Une autre façon d’exclure les 13-17 ans pourtant les plus nombreuses à enfanter précocement dans le pays. Un pays où rappelons-le la majorité sexuelle est acquise à 15 ans. Une discrimination qui ne manquera pas de faire réagir.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article