Justice

Accusés d’extorsion de fonds, Jean Jos et Diata Sow blanchis par la justice gabonaise

Accusés d’extorsion de fonds, Jean Jos et Diata Sow blanchis par la justice gabonaise
Accusés d’extorsion de fonds, Jean Jos et Diata Sow blanchis par la justice gabonaise © 2022 D.R./Info241

« Que la lumière soit ! Et la lumière fût ! », disent les Saintes Ecritures. Tout comme il est communément admis qu’il n’y a aucune vérité que le temps ne finisse par révéler. Après 3 mois d’incarcération arbitraire dans une affaire qui avait tout l’air d’une arnaque organisée, la justice gabonaise vient de relaxer et totalement blanchis, le patron d’un cabinet d’affaires et un de ses collaborateurs. Retour sur les faits....

Info241 sur Whatsapp

En effet, un arrêt en date du 13 juin 2022 de la chambre correctionnelle de la cour d’appel judiciaire de Libreville vient de restaurer l’honneur de Jean Jos, directeur d’un cabinet de conseil financier international et de Diata Sow, consultant indépendant. Tous deux étaient injustement accusés depuis des mois d’extorsion de fonds et de diffamation par le directeur de la société Sindou, Zoumana Sidibé, un ressortissant malien pourtant bien connu des juridictions au regard des nombreuses procédures diligentées contre sa personne, selon certaines sources.

Jean Jos, l’une des deux personnalités blanchies lors de ce procès

La défense assurée par Me Nkoulou au profit des mis en cause aura été telle que le tribunal, en définitive a déclaré Jean Jos et Diata Sow non coupables du délit d’extorsion de fonds et de diffamation. En conséquence, les en a purement et simplement relaxés avant de donner main levée du mandat d’arrêt décerné à leur encontre le 2 février 2022 et exécuté le 7 mars 2022. Un dénouement judiciaire qui sonne pour leurs familles, amis et milieux professionnels comme un ouf de soulagement.

Cependant, ce feuilleton judiciaire aura mis à nu l’intention malveillante de sieur Zoumana Sidibé visant simplement à salir des individus qui ne font que faire valoir leurs droits, conformément aux décisions rendues l’an dernier par la justice gabonaise. En effet, la société Sindou a été condamnée par le tribunal de commerce de Libreville à régler sa dette d’honoraires à l’endroit du cabinet AFA. Une créance qui s’élève à 200 millions FCFA et émanant de la bonne exécution d’un contrat notarié par ledit cabinet.

Frustré par ce jugement exécutoire et les procédures légales initiées pour recouvrer cette créance, sieur Zoumana Sidibé n’avait pas trouvé plus diabolique que de poursuivre au pénal Jean Jos et Diata Sow pour de prétendus faits d’extorsion de fonds et de diffamation. Malheureusement pour lui, la justice gabonaise, sur cette affaire précise, vient de rétablir « ses victimes » dans leur bon droit, tout en lavant leur honneur.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article