13:45

Clash

Kevazingogate : Mapangou clame son innocence et tacle Nkoghe Bekale


Politique
  • Les deux hommes désormais à couteaux tirés © 2019 D.R./Info241
Publié le 20 mai 2019 à 06h04min

Le torchon brûle entre les membres du gouvernement gabonais Nkoghe Bekalé dont certains sont nomment cités dans l’épineux scandale du Kevazingogate. Pour certainement remettre les pendules à l’heure contre ses détracteurs tapis dans l’ombre du pouvoir, le ministre des Forets Guy Bertrand Mapangou particulièrement indexé, s’est dit innocent dans cette affaire via un communiqué parvenu à la rédaction d’Info241. Et de marteler que « La responsabilité en matière pénale étant individuelle et non pas collective ». Une sortie qui vire clairement au clash entre le patron du gouvernement et son ministre d’Etat aux Forêts.

Lire aussi >>> Kevasingogate : 12 hauts cadres sanctionnés pour « complicités actives et passives » !

Guy Bertrand Mapangou est plus que jamais poussé à la démission. Le ministre gabonais des Forets dont le directeur de cabinet et le secrétaire général ont été suspendus à titre conservatoire, tente de laver son nom pris en étaux par un récent communiqué du gouvernement qui a clairement laissé entendre que « les membres du Gouvernement qui seraient impliqués dans cette affaire sont invités à en tirer les conséquences qui s’imposent »... en clair démissionner !!!

Observations majeures

Dans son communiqué de défense daté du 17 mai, le ministre malicieusement incriminé rappelle « quatre observations majeures » : « Le respect, sans équivoque, dû au peuple gabonais », « le respect dû (...) au principe de la présomption d’innocence », « la nécessité pour les autorités chargées de l’enquête de respecter les règles de procédure et d’observer une stricte neutralité à l’égard de tous les suspects si elles veulent découvrir les vrais coupables » et « la nécessité d’aider le pouvoir judiciaire à faire éclater la vérité sans délai en retrouvant les vrais auteurs et commanditaires de ce vol, et non des lampistes et des innocents au motif qu’ils se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment ». Une autre façon de voler au secours de ses collaborateurs suspendus par le gouvernement le 16 mai.

Des principes auxquels, Guy Bertrand Mapangou dit souscrire devant « les tenants et les aboutissants de cette sombre affaire de grave délinquance économique qui jette l’opprobre sur notre nation en général et, en particulier, peut-être à tort, sur certains individus ». Et pour ceux qui tentent de l’acculer dans cette affaire, Mapangou affirme que « ma conscience d’homme libre ne me reproche strictement rien dans l’exercice de mes fonctions de responsable du département ministériel des Forêts ». C’est donc « en toute humilité » qu’il déclare n’être pas « concerné » par le communiqué du gouvernement.

Pas concerné

Pour conclure, Guy Bertrand Mapangou rappelle à qui veut l’entendre avoir été nommé par Ali Bongo : « Je continuerai à observer ses fermes instructions de servir le pays là où il m’a mis, en ne touchant qu’à ce que m’autorise et me commande la Loi ». Et d’ajouter confiant, s’être « donné la réserve de ne pas m’agiter inutilement dans d’intempestives déclarations et m’impose la responsabilité de supporter humblement l’invective, voire l’injure et la diffamation, sans aucune preuve de la faute que j’aurais commise ».

Voilà qui en dit long sur l’ambiance gouvernementale depuis la disparition de 353 containers placés sous scellés de la justice. Certains ministres sont ainsi poussés à la démission alors que certains, proches du directeur de cabinet présidentiel, semblent blanchis d’avance. C’est le cas notamment du ministre des Transports pourtant aussi au cœur de ce scandale. Une chose est désormais certaine, le vent du remaniement ne devrait pas tarder à souffler sur le gouvernement et les membres prétendument impliqués dans cet épineux scandale de bois protégés.

Cliquez sur l’icone pour télécharger le communiqué de presse de Guy Bertrand Mapangou


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile